Le maintien de l'ordre à Toulouse du Directoire à la chute de l'Empire (1795-1815)

par Nicolas Becquet

Projet de thèse en Histoire du Droit et des Institutions

Sous la direction de Philippe Nelidoff.

Thèses en préparation à Toulouse 1 , dans le cadre de École doctorale Sciences juridiques et politiques (Toulouse) depuis le 06-10-2011 .


  • Résumé

    1795 et l'avènement du régime directorial marquent une nouvelle phase du développement de la Révolution française. Période charnière entre la Terreur et le Consulat, le Directoire amorce un mouvement de stabilisation du système politique et institutionnel d'une France alors épuisée des excès révolutionnaires. A ce titre, la période du Directoire représente la phase de transition nécessaire qui aura permis à la France de passer en seulement quelques années du chaos engendré par la Terreur à l'ordre absolu d'un Empire aux institutions fortes et jalouses de leur autorité. Dans toute société, l'ordre public et son maintien sont autant d'éléments révélateurs de son état : aspirations populaires, tendances politiques, force des institutions... L'étude du maintien de l'ordre à Toulouse de 1795 à 1815 devrait donc permettre de mesurer l'impact de ces changements de régimes successifs sur la Ville-Rose. A cela il faut ajouter que Toulouse fut le siège de certaines "particularités" durant la période précédente. En effet, il s'agit de la ville qui, du moins dans le sud-ouest de la France, fit échec au fédéralisme, la Terreur y fut relativement modéré et la réaction Thermidorienne quasi inexistante, permettant ainsi à Toulouse de demeurer une citadelle jacobine au moment même ou la France se teintait de blanc. Étudier le maintien de l'ordre à Toulouse durant les 20 années qui suivirent la réaction Thermidorienne devrait donc permettre de voir dans quelle mesure Toulouse conserva ses particularités tandis que l’État normalisateur renforçait son assise.


  • Pas de résumé disponible.