La requalification et la réorganisation des sanctuaires aux ères Meiji et Taishô

par Auréliien Allard

Thèse de doctorat en Langues, littératures et sociétés du monde

Sous la direction de François Macé.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Langues, littératures et sociétés du monde (Paris) et de Institut national des langues et civilisations orientales (Paris) (établissement de préparation) depuis le 01-10-2009 .


  • Résumé

    Si la France opéra la transformation du religieux par une césure libéralisatrice, la laïcité, le Japon procéda au remodelage de son fait religieux, par un processus de sécularisation des sanctuaires, qui aboutit à une forme originale de laïcité, telle que promue par la Constitution de l’Empire du Grand Japon. Nous postulons qu’une telle évolution fut rendue possible par la politique de requalification et de réorganisation des sanctuaires. L’enjeu de cette thèse sera de démontrer la nature, le rôle et l’ampleur de cette réforme, par l’analyse de la requalification et de la réorganisation des sanctuaires aux ères Meiji et Taishô. Une entreprise démesurée qui conduit à la destruction d’une grande majorité de lieux de culte, et qui ne trouvera son point d’équilibre que dans la nouvelle rupture d’après-guerre. Pour ce faire, il sera nécessaire de distinguer d’une part les sanctuaires, les célébrations et les dieux étatiques, et d’autre part les sanctuaires, les célébrations et les divinités coutumières et locales cibles de la rationalisation religieuse. Cette étude est étayée d’une enquête de terrain à Imabari dans le département d’Ehime qui permettra de comprendre les conséquences de cette politique d’avant-guerre sur les sanctuaires contemporains, leur organisation, la nature et le devenir de la pratique.

  • Titre traduit

    Reclassification and Reorganization of Meiji and Taishô Era


  • Résumé

    If France has performed changing of religious by an abrupt and liberating transition, the laicity, Japan used a process of restructuring of its religious, by a process of secularization of shrines, which leaded to a original form of laicity, such as promoted by Constitution of Great Japanese Empire. I postulate that a such evolution was becommen possible by the policy of reclassification and reorganization of shrines. What is stake in this thesis will be proving nature, function and extent of this reform, by analysis of reclassification and reorganization of Meiji et Taisho era. An excessive enterprise that lead to destruction of a majority of cult places, and that reach equilibrium at some point only on the new break of after-war. To do this, it will be necessary to distinguich on the one hand state shrines, celebrations, gods, and on the other hand local and customaries shrines, celebrations and divinities, that was the target of religious rationalism. This study is supported by a field research in the town of Imabari of Ehime Prefecture, that make it possible to understand consequences of this beafore-war policy on contemporain shrines, their organization, nature and the future of practice.