Familles plurilingues : transmission et apprentissage des langues et des cultures. La diaspora tchèque en France, en Russie et en Croatie.

par Blanka Gruntova

Projet de thèse en Didactique

Sous la direction de Geneviève Zarate.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Langues, littératures et sociétés du monde (Paris) , en partenariat avec Institut national des langues et civilisations orientales (Paris) (établissement de préparation) depuis le 01-10-2008 .


  • Résumé

    Articulée autour de la notion de « famille plurilingue », caractérisée - de même qu’un individu plurilingue - par un répertoire linguistique varié et pas nécessairement équilibré, l’étude soulève les questions de transmission des pratiques plurilingues ainsi que de leur développement dans les institutions de diffusion des langues, notamment dans le milieu diasporique tchèque. Tandis que les familles, développant un comportement transnational, orientent leur politique linguistique familiale de plus en plus consciemment vers la valorisation de leur capital plurilingue et (pluri)culturel, les structures diasporiques restent inscrites dans la perspective nationale. Perçues en tant qu’ambassadeurs de la langue-culture minoritaire dans le pays de leur action, elles envisagent l’apprentissage des langues et des cultures à partir du contexte monolingue. Le nationalisme méthodologique, appuyé dans le cas tchèque sur la politique d’émancipation de la langue et de la culture tchèques lors de la constitution de l’identité étatique, ne favorise pas le développement d’une didactique du plurilinguisme. La recherche s’inscrit dans une démarche sociodidactique, au croisement de didactique des langues et de la sociolinguistique. Elle prend comme terrain la diaspora tchèque dans trois pays (France, Croatie, Russie) et s’appuie sur un corpus mixte d’entretiens semi-directifs, de discours institutionnels et d’observation participante.


  • Résumé

    Articulated around the notion of “plurilingual family”, which is characterized – as well as a plurilingual individual – by a varied and not necessarily balanced linguistic repertoire, this study raises the questions of the transmission of plurilingual practices as well as their development in the institutions in charge of spreading languages, especially in the Czech diaspora background. While families, developing their transnational behaviour, head their family linguistic policies more and more consciously towards the promotion of their plurilingual capital, the diaspora institutions remain in line with a national perspective. Perceived as ambassadors of the minority language-culture in the country where they act, they view the learning of languages and cultures from their monolingual context. The methodological nationalism which, in the Czech case, is based on the political emancipation of the Czech language and culture during the constitution of the state identity, is holding up the development of a didactic of plurilingualism. This research is based on a sociodidactic approach, at the crossing of the language didactic and sociolinguistics. Its field is the Czech diaspora in three countries (France, Croatia, Russia) and it relies on a mixed corpus of semi-directive interviews, institutional speeches and participant observation.