Beauté et pluralité chez Ernest Fenollosa (1853-1908) et Okakura Tenshin (1862-1913). Une application du paradigme de l'esthétique universaliste à l'art japonais ancien, et sa mise à l'épreuve.

par Arthur Mitteau

Thèse de doctorat en Philosophie (métaphysique, épistémologie, esthétique)

Sous la direction de Michael Lucken.

Thèses en préparation à Paris, INALCO , dans le cadre de École doctorale Langues, littératures et sociétés du monde (Paris) depuis le 01-10-2007 .


  • Résumé

    L’objet de ce travail est d’étudier les théories d’Ernest Fenollosa et de Tenshin Okakura Kakuzô à partir d’une problématique de philosophie esthétique, tout en proposant, ce faisant, un éclairage historiographique sur ces textes. L’hypothèse de départ est que cet angle d’approche rejoint le point de vue que ces deux auteurs pouvaient avoir sur leurs textes eux-mêmes, ce qui devrait permettre un approfondissement de leur compréhension dans les études japonaises. Mais corollairement, cette problématique fait également de ces théories un reflet d’une question traversant les réflexions de certains auteurs de philosophie esthétique actuelle : celle de la diversité des critères du jugement esthétique, et la mutation (voire la remise en cause) que celle-ci entraîne dans la structure du paradigme esthétique qui peut encore conditionner notre expérience des arts. La re-contextualisation historique des textes n’est pas seulement nécessaire scientifiquement : elle est le moteur même de cette réflexion sur le problème de l’esthétique dans ces textes. Le travail de recherche se concentre sur des documents issus des périodes précoce et intermédiaire de la pensée des deux auteurs ; en particulier sur le discours Bijutsu shinsetsu de 1882, dont est proposé une traduction inédite. Il s’agit ensuite de mettre ce texte en perspective avec des évolutions et des contradictions chez les deux auteurs, des similitudes et des divergences entre eux. Un second travail de fond est proposé concernant la question de l’hégélianisme dans leur période intermédiaire : en mettant l’accent sur une étude de leur usage de termes comme « classicisme » et « idéalisme », en produisant une présentation complète de la théorie globale des formes de l’art qu’ils proposent, on se donne la possibilité de mesurer leur part de divergence par rapport à leur modèle initial, l’esthétique hégélienne – mais aussi de mieux cerner leur position exacte dans le champ théorique du Japon de l’ère Meiji.

  • Titre traduit

    Beauty and plurality in the æsthetics Ernest Fenollosa (1853-1908) and Okakura Kakuzô (1862-1913). Ancient Japanese art as an empirical test for the universalistic paradigm of Enlightenment aesthetics


  • Résumé

    In this dissertation, I try to comment and describe on the esthetical theory of art developped by Ernest Fenollosa and « Tenshin » Okakura Kakuzô, from the standpoint of esthetical philosophy, while also striving to contribute to nowadays research in Japan studies about those historical characters. The hypothesis at the root of this work is that, by studying their texts in such a prospect, one can acquire a better understanding of those theories in their own intellectual context (the debates on art in Meiji Japan), while using them, incidentally, as a mirror for questions pertaining to contemporary esthetical philosophy, namely, the diversity of esthetical criterions and how it leads us to rethink the theory of esthetical judgment. I try to show extensively how their theory is aimed, from the very start, at being both universalistic and pluralistic, which remains unnoticed in some commentaries. Thus, they meant to produce a model that would account for a diversity of artistic genres, "Occidental" as well as "Oriental" ; hence the categorizations of artistic styles as "idealistic", "realistic" and "classicist" in art history. I focus on producing a definition of those concepts : following thus in the steps of commentators such as Karatani and Marra, here I try and assess precisely how this subversion of the Hegelian model of the "art forms", which they pointed out in Fenollosa and Okakura’s theories, is concretely built in the details of genre and historical categorization. The methodology borrows from several fields because, in order to understand those texts and theories, one must relate them to their historical, philosophical, artistical and linguistic context. Because of the complexity of federating all those approaches and confronting them with already existing commentaries, I focus on texts from the early period (the 1880s and 1890s, until 1903), with a particular attention on E.F.Fenollosa’s 1882 adress to Japanese administators Bijutsu Shinsetsu, the Japanese text of which I produce a French translation, which was inexistant so far.