L’influence d’un laboratoire d’idées (« think tank ») sur la décision publique : le cas de l’Institut de la Décentralisation

par Laurence Lemouzy

Projet de thèse en Science politique

Sous la direction de Jacques Caillosse.


  • Résumé

    Qu’est-ce qu’un laboratoire d’idées ? Les formes et les vocations apparaissent protéiformes et mouvantes : fondations politiques, instituts, cercles, clubs, centres d’études coexistent en France. Que recouvrent ces dénominations : études et recherche, conseil aux dirigeants, propagation d’idées nouvelles, vitrine médiatique ? Dans quelle mesure parviennent-ils à influencer les décideurs publics ? La sphère politique est-elle poreuse ou hermétique à ce type de «parties prenantes» ?Ce projet de thèse vise à rechercher des réponses par une étude de cas portant sur l’Institut de la décentralisation, créé en 1989 sous forme associative. Ses statuts le définissent comme un centre d’études pluraliste et pluridisciplinaire ayant vocation à éclairer la décision publique sur toutes les questions ayant trait à la décentralisation.Sur une période de 22 ans qui a vu se mettre en place les premières lois de décentralisation (1982-2000) devant conduire à une République décentralisée (2000-2010), est-il possible d’évaluer précisément l’influence des travaux d’études de l’Institut de la décentralisation et de ses publications (en particulier la revue Pouvoirs Locaux) sur les choix des décideurs politiques et sur la production normative intéressant les collectivités territoriales ?Qui influence la doctrine de la décentralisation ? Comment se fixent et se meuvent les mots et les concepts parcourant l’histoire contemporaine de la décentralisation ? Existe t-il dans ce champ un pouvoir des idées ? Etre «avocat» de la décentralisation, est-ce plaider par proposition et argumentation ou est-ce fournir au(x) décideur(s) des munitions intellectuelles et des suggestions à mettre en œuvre ?


  • Pas de résumé disponible.