L'émergence du concept de "solidarisme". Sous Léon Bourgeois, la Chambre des Députés comme enceinte doctrinale inspiratrice de la création de la Société des Nations.

par Caroline Tixier

Projet de thèse en Science politique

Sous la direction de Philippe Raynaud.

Thèses en préparation à Paris 2 , dans le cadre de École doctorale histoire du droit, philosophie du droit et sociologie du droit (Paris) depuis le 23-11-2011 .


  • Résumé

    Le travail de recherche envisagé vise, au travers d'une analyse empirico-déductive, à démontrer la portée et la profondeur théorique de l'impact du solidarisme français dans la création conceptuelle de la Société des Nations. En tant que paradigme majeur de la Troisième République, le solidarisme sous Léon Bourgeois incarne la pierre angulaire d'une solidarité internationale synchrétique. Philosophie des Lumières, positivisme comtien, darwinisme social et républicanisme façonnent, dans les travées de la Chambre des Députés, une nouvelle vision éthico-politique. Profondément marqué par la notion de "solidarité internationale" développée par Henri Marion et par l'ultime loi de réciprocité, le solidarisme demeure l'héritier d'une tradition républicaine cosmopolitique kantienne. Communauté humaine universelle pacifiée et défense de l'Etat républicain deviennent toutes deux consubstantielles à la naissance du Bien commun incarné par les Etats. L'histoire de la SDN n'est pas l'oeuvre unique de la tentative wilsonienne mais plutôt l'aboutissement des travaux solidaristes antérieurs. L'objet de cette recherche tend à mettre en évidence la naissance à la fois idéaliste et pragmatique d'une diplomatie multilatérale parlementaire française intégrée dans une véritable vision normative du droit. Les premiers linéaments de la SDN, révélant un enchevêtrement entre réalisme classique, libéralisme et prémices transnationalistes, sont ainsi l'oeuvre d'une nouvelle religion morale séculière portée par la Troisième République.


  • Pas de résumé disponible.