Green Politics et aménagement urbain durable dans l’aire métropolitaine de Baltimore : pour une gouvernance citoyenne et participative matrice de nouveaux territoires

par Stéphanie Baffico (Fabre)

Projet de thèse en Géographie

Sous la direction de David Giband.

Thèses en préparation à Perpignan , dans le cadre de École Doctorale INTER-MED (Perpignan) depuis le 25-10-2011 .


  • Résumé

    Baltimore fait partie des grandes métropoles américaines qui se sont lancées dans le cercle vertueux du développement durable. Traditionnellement acquise aux votes démocrates, constituée d’une majorité d’Afro-Américains appartenant aux classes sociales défavorisées, et portant les profonds stigmates de la crise industrielle et des récessions économiques successives, la ville offre un terreau favorable aux expériences de gestion urbaine intégrant la notion de durabilité.Bien plus, de par les caractéristiques économiques et démographiques, ainsi que les héritages historiques de Baltimore, c’est la dimension sociale du développement durable et la justice environnementale qui sont l’objet de l’attention des pouvoirs publics locaux. De nouvelles agences municipales ont été créées dans ce but (Office of Sustainability, Commission on Sustainability).Depuis 2000, la municipalité a initié de multiples projets relevant de différentes formes de développement durable (verdissement, transports durables, mixité sociale, bâtiments écocertifiés, green jobs, économie d’énergie), mais qui peuvent être regroupés sous l’appellation de « green politics ». L’essentiel de ses efforts se concentre sur la revitalisation de deux quartiers du centre-ville tombés en complète déshérence, East Baltimore et West Baltimore. Elle utilise pour cela toutes les cartes dont elle dispose, et aborde sous tous les angles la thématique du développement durable.Nous serons amenés à nous interroger sur le rôle des minorités dans la mise en place d’une gouvernance métropolitaine, ainsi qu’à la dichotomie qui existe entre la ville de Baltimore majoritairement peuplée d’Afro-Américains bien représentés dans les instances municipales, et l’Etat du Maryland dont les institutions sont aux mains de représentants des populations blanches aisées.Nous concentrerons notre réflexion sur quelques grandes notions : deux exemples précis de green politics (les transports pour une meilleure connexion entre les différents quartiers et la lutte contre le spatial mismatch ; les green schools pour l’apprentissage des droits et d’une nouvelle conscience environnementale et sociale). A partir de ces exemples, nous étudierons les modes de gouvernance mis en place et le rôle joué par les différents acteurs qui y participent. Nous nous interrogerons enfin sur l’émergence de nouvelles formes de citoyenneté façonnées par ces nouveaux modes de participation à l’aménagement urbain durable et par des pratiques éducatives originales. Cette citoyenneté s’exprime différemment selon l’échelle des territoires concernés.


  • Pas de résumé disponible.