Politique de dividendes en période de crise : le cas des entreprises françaises cotées

par Yaovi Sélom Agbetonyo

Projet de thèse en Finance

Sous la direction de Jean-Laurent Viviani et de Wael Louhichi.

Thèses en préparation à Rennes 1 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme, des organisations et de la société (Rennes) depuis le 17-10-2011 .


  • Résumé

    La distribution de dividendes reste l’un des principes fondamentaux en finance d’entreprise. Damodaran (2006) affirme que les entreprises ne peuvent pas toujours réinvestir à des taux aussi élevés qu’elles le souhaiteraient. Du coup, si un tel manque d’opportunités persiste, elles versent alors les flux de trésorerie inemployés à leurs propriétaires. Cependant, la politique de dividendes a toujours constitué, dans la littérature financière l’une des problématiques les plus controversées. C’est à juste titre d’ailleurs, que Black (1976), désigne l’absence d’une solution relative au choix d’une politique appropriée par « dividend puzzle ». Globalement, trois écoles de pensées se distinguent dans l’abondante littérature concernant l’influence de la politique de dividende sur la valeur de la firme et partant sur les cours boursiers. Il s’agit de l’école de la « neutralité des dividendes », celle des « dividendes néfastes » et celle des « dividendes bénéfiques ». La signalisation, l’agence, et l’effet de clientèle constituent les principales théories qui sous tendent la politique de dividende.Tout le bien fondé de notre recherche va se situer dans son analyse par rapport à la période de crise. En effet, notre préoccupation centrale dans ce travail va être de voir si la crise a modifié ou modifie la politique de dividendes des entreprises. Cette question va être spécifiquement analysée en réponse aux annonces de versements de dividendes réalisés par les sociétés françaises cotées du SBF 250. Nous comptons ainsi, par le biais d’une étude comparative, identifier, mesurer et expliquer les différentes réactions du marché français face à la récente crise constatée. Par ailleurs, une autre justification de ce travail va se retrouver dans l’intérêt qu’il peut susciter aux dirigeants dans le choix de stratégie à adopter en matière de dividende et en période de crise.Pour ce faire, nous allons recourir à la méthodologie des études d’événements.


  • Pas de résumé disponible.