La chute dans l'abîme de l'ex-Yougoslavie (1980-1999). la rencontre entre le nationalisme et les intellectuels.

par Andrès Felipe Hernandez Gonzalez

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Paolo Odorico et de Predrag Simic.

Thèses en préparation à Paris, EHESS en cotutelle avec l'Univerzitet u Beogradu , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 15-12-2009 .


  • Résumé

    Ce projet de recherche porte sur la participation des élites intellectuelles yougoslaves pendant l'un des conflits européens le plus complexe à la fin du xx ème siècle : la chute du régime communiste et la période du nationalisme à caractère régressif en ex-yougoslavie (1980-1999). l'inspiration qui donne vie à cette thèse dérive des évènements d'extrême violence ethnique qui ont eu lieu, notamment en serbie, croatie, et kosovo, entre la mort de josip broz tito et la disparition politique de slobodan milosevic. pendant ce conflit, on aperçoit clairement la façon dont les intellectuels de grand renom international, qui avaient des positions particulièrement humanistes et qui appartenaient à des cercles critiques très importants, ont soutenu des mouvements populistes-nationalistes écartant fortement la population yougoslave en ligne interethniques et développant une politique de haine et de destruction. nous trouvons l'exemple de ce paradoxe dans la figure du philosophe serbe mihajlo markovic. créateur du mouvement mariste-humaniste praxis, éminent académique de l'ecole de sciences de belgrade, il a participé à la réalisation du mémorandum de la sanu et a établit, à la fin des années 80, un service intellectuel du régime de milosevic.


  • Pas de résumé disponible.