Les inscriptions de consécration dans la construction de l'église (france, VIIIe-XIIIe siecle)

par Annick Gagne

Projet de thèse en Histoire médiévale

Sous la direction de Cécile Treffort et de Didier Mehu.

Thèses en préparation à Poitiers en cotutelle avec l'Université de Laval (Québec) , dans le cadre de Lettres, pensées, arts et histoire « civilisation et littérature de l’antiquité à nos jours »Ed 525 depuis le 16-11-2010 .


  • Résumé

    Le rituel de consécration de l'église est la cérémonie la plus fastueuse de la liturgie médiévale. elle met en oeuvre une véritable transformation dont les impacts sociaux sont déterminants : transformation du bâtiment qui, d'un assemblage de pierres devient la 'maisonde dieu', transformation de l'espace social qui fait de l'édifice consacré le pôle de la communauté, transformation des rapports sociaux par la prescription d'interdits stricts à l'égard du lieu consacré et des personnes qui le desservent.si le déroulement du rituel et son évolution entre la fin du viiie siècle (moment où il apparaît clairement dans les sources) et la fin xiiie siècle (moment où il cesse d'évoluer jusqu'au milieu du xxe siècle) a fait l'objet de plusieurs études récentes, ses implications sociales et monumentales restent à définir. j'envisage donc d'aborder cette problématique à partir des inscriptions de consécration qui sont gravées ou peintes dans les églises. il s'agira non seulement d'analyser le contenu des inscriptions mais aussi leur éventuelle portée sociale, en s'interrogeant sur le rôle de l'écrit dans l'église, sur l'inflexion donnée à leur sens en fonction de leur emplacement et des images peintes et sculptées qui leur sont associées.mon projet doctoral propose ainsi d'étudier le corpus des inscriptions monumentales liées par leur contenu, leur localisation ou leur forme au rituel de la consécration entre le viiie et le xiiie siècle, avec pour objectif l'appréhension du statut et de la fonction de l'écriture médiévale dans la construction de l'église. dans cette optique, il convient d'analyser à la fois l'aspect textuel des inscriptions, leur contexte monumental (c'est-à-dire la place qu'elles occupent dans l'édifice et la dimension symbolique de leur localisation), leur rapport avec la liturgie en prenant en compte leur visibilité et leur lisibilité. ces inscriptions apparaissent dans la plupart des cas en association avec des signes (croix, chrismes, etc.) et des images (sculptées ou peintes). ces questionnements seront menés dans une réflexion plus générale sur la dimension sacrée de l'écriture telle qu'elle a pu être formulée par l'eglise médiévale et sur les liens qu'elle entretient avec les images dans la construction de l'église. au-delà de ce que l'inscription peut nous apprendre, la prise en compte de son environnement oblige à étudier les rapports entre texte et support pour comprendre la fonction et la signification de l'objet épigraphique dans son ensemble.


  • Pas de résumé disponible.