Aspects du pacifisme socialiste en Italie (1892-1914)

par Andrea Geuna

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Christophe Prochasson et de Daniele Menozzi.

Thèses en préparation à Paris, EHESS en cotutelle avec Scuola normale superiore (Pise, Italie) , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 15-03-2010 .


  • Résumé

    Ma thèse de doctorat veut être un essai pour combler une lacune de l'historiographie, c'est-à-dire l'étude des problèmes de la paix et de la guerre chez le socialisme italien entre la fondation du psi (1892) et l'éclatement de la première guerre mondiale. les deux expériences culturelles qui étaient à la base du psi et avec lesquelles il continua à se confronter bien au-delà de 1892, l'expérience anarchiste d'une part et l'expérience démocratique d'autre part, influencèrent profondément l'antimilitarisme socialiste: certaines batailles, comme le remplacement des armées permanentes par des milices populaires, avaient une claire origine mazzinienne, comme l'antipatriotisme, de matrice anarchiste, se disputait entre le psi avec la tradition patriotique du risorgimento. a la fin du xixe siècle, une série de crises internationales mit de nouveau à l'ordre du jour la question de la paix et de la guerre. ces problèmes furent centraux dans la décennie suivante, caractérisée par de nombreuses crises diplomatiques et par de continuelles répressions des agitations des travailleurs, mais on ne réussit pas à imposer une ligne unitaire sur l'antimilitarisme. les différences de vue se firent explicites avec la guerre de libye et furent la cause de l'expulsion du parti des réformistes de droit. ces choix furent presque les mêmes que ceux de l'été 1914 : aussi, en cette occasion, le neutralisme fut la tendance principale à l'intérieur du psi, tandis que les réformistes soutinrent l'intervention italienne aux côtés de l'entente. des semblables divisions eurent lieu chez les syndicalistes révolutionnaires. ma proposition est de mettre en relation ces débats avec ceux des soi-disant 'pacifistes bourgeois', particulièrement du groupe de ernesto teodoro moneta et celui de enrico bignami.


  • Pas de résumé disponible.