Ernesto de martino et la litterature : pour une analyse de la pratique d'ecrire des romans.

par Francesco Della costa

Projet de thèse en Anthropologie

Sous la direction de Daniel Fabre et de Pietro Angelini.

Thèses en préparation à Paris, EHESS depuis le 04-02-2010 .


  • Résumé

    Le projet envisage de proposer une analyse anthropologique de la litterature sur la base de la reflexion theorique de ernesto de martino, un anthropologue historiciste italien. de martino n'a jamais depasse la limite (qui est encore la limite de nombreuses tentatives anthropologiques d'etudes de la litterature en italie) d'un emploi de la litterature en tant que ‘source' et que le document pour l'analyse anthropologique. dans ses notes pour 'la fine del mondo' aussi, de martino considere les romans analyses comme le miroir d'une plus generale ‘apocalypse moderne de l'occident', comme le signe d'une crise : une crise qui, loin d'etre desormais ‘drame historique du monde magique', heurte l'humanite entiere aux prises avec un ‘depaysement' radical et global dont les artistes sont (deviennent, se font) d'une certaine façon, les interpretes sensibles et privilegies. avec cette etude, nous voudrions, plutot, essayer de penser la pratique d'ecrire des romans comme une pratique specifique d'appaesamento, de trouver un sens dans le monde. l'ecriture litteraire qui ‘fait' quelque chose, qui agit efficacement, donc, comme production d'actes symboliques concretement en action, recomposant la crise individuelle de l'ecrivain, dans la realisation des valeurs de la societe.


  • Pas de résumé disponible.