Morale individuelle et morale collective d'après les nouvelles françaises du xvième siècle.

par Ines Ben zaied

Thèse de doctorat en Littératures française et francophone

Sous la direction de Jean-claude Arnould et de Khédija Ajoud.

Thèses en préparation à Rouen , dans le cadre de Histoire,mémoire,patrimoine,langage depuis le 16-04-2011 .


  • Résumé

    A la renaissance, le genre bref se définit comme un récit fictif qui s'inspire de la réalité et se donne pour authentique. il s'agit le plus souvent de récits où figurent différents groupes sociaux, où on retrouve tous les types d'humanité, à différentes époques. le corpus des nouvelles françaises étudiées est le suivant: les comptes amoureux de jeanne flore, les propos rustiques de n. du fail, les nouvelles recréations et joyeux devis de b. des periers, le printemps de jacques yver et les nouvelles histoires tragiques de b. poissenot. dans notre analyse de ces oeuvres, une grande importance est accordée aux structures sociales (couple, famille, groupe social, lieux...), représentant le cadre essentiel de la vie collective. cependant, ces recueils qui semblent au premier abord chargés d'implications idéologiques mettent souvent en scène des personnages qui, pour différents motifs et différents plans, sont amenés à choisir des voies particulières. ainsi, tous les débats et polémiques soulevés, dans ces récits ont-ils un rapport avec deux types de morale, l'une individuelle, l'autre collective ? le but de cette étude est donc de s'interroger sur les différentes représentations de ces deux morales, dans le genre de la nouvelle, et de déterminer leur interférence. l'examen des différents codes sociaux, réligieux, politiques et culturels permettrait de dégager la présence de cette interférence, de même que son impact dans la trame du tecte littéraire.


  • Pas de résumé disponible.