Le théâtre « in-yer-head » : Écritures de l’espace mental sur la scène britannique contemporaine Vers une psychopoétique quantique du drame

par Solange Ayache

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Élisabeth Angel-Perez et de Brendan Stone.

Thèses en préparation à Paris 4 en cotutelle avec l'Université de Sheffield (Royaume-Uni) , dans le cadre de Ecole doctorale Civilisations, cultures, littératures et sociétés (Paris) depuis le 23-09-2010 .


  • Résumé

    Cette étude s’intéresse à l’espace mental comme nouveau terrain d’exploration du drame britannique contemporain, et examine les manifestations d’un mouvement qui « met en pièces » les régions inexplorées des pensées inconscientes et les contrées impénétrables du traumatisme. Puisant dans les découvertes de la psychanalyse et des sciences cognitives, inspiré par le changement de paradigme de la mécanique quantique et ses interrogations sur le rôle et la nature de la conscience, ce théâtre non plus tant « in-yer-face » que « in-yer-head » s’éloigne de la sensibilité des années 1990. Les pièces de Crimp, Kane, Churchill, Cooper, Frayn, Stephens, Payne, Haddon, Ravenhill, Neilson et d’autres déconstruisent et reconstruisent le personnage comme la somme virtuelle de tous ses possibles. Le mode d’existence spéculatif, diffracté et pluriel du sujet renouvelle les définitions du réalisme psychologique et du réalisme théâtral. Ce travail étudie les modalités de cette « psychopoétique quantique » autour de concepts clés comme la probabilité ou l’incertitude, et montre comment des métaphores issues de la théorie quantique comme la dualité onde-particule ou les mondes multiples servent à illustrer l’indétermination de la psyché en évoquant les mécanismes de défense et autres symptômes qui constituent la réalité subjective d’esprits affectés par le traumatisme, la psychose, le stress ou la maladie neurologique. Nous montrons qu’en explorant la nature de la conscience, du soi et de la réalité ainsi que la condition des femmes, ces pièces posent des questions philosophiques sur le libre arbitre et la possibilité de choix dans un monde devenu plus incertain et imprévisible que jamais.

  • Titre traduit

    ‘In-Yer-Head’ Theatre: Staging the Mind in Contemporary British Drama Towards a Quantum Psychopoetics of the Stage


  • Résumé

    This study asserts that the human mind has become the new frontier in contemporary British drama, and interrogates and assesses manifestations of this movement which stages uncharted regions of thought and the dark territories of traumatic mindscapes. Drawing on theories from psychoanalysis and cognitive science, and inspired by the paradigm shifts of quantum mechanics and its interrogations on the role and nature of consciousness, this new theatre moves from “in-yer-face” to “in-yer-head” and away from the sensibility of the “nasty nineties.” Plays by Crimp, Kane, Churchill, Cooper, Frayn, Stephens, Payne, Haddon and others deconstruct and reconstruct the character as the virtual sum of all her possibilities. In these mental spaces, the subject’s speculative, diffracted and plural mode of existence redefines psychological realism and stage realism. Examining the modalities of a quantum “psychopoetics” around key concepts such as probability and uncertainty, I show how metaphors borrowed from quantum theory based on the double slit-experiment, the wave-particle duality, the wavefunction collapse, the observer effect, quantum decoherence, quantum entanglement, and the many-worlds interpretation are used to emphasise the intrinsic indeterminacy of our minds. They evoke a number of psychological defense mechanisms and other symptoms that constitute the subjective reality of disturbed minds affected by trauma, psychosis, stress or neurological disease. By exploring the nature of mind, the self, and reality, and the condition of women, these plays address philosophical questions about free will and choice in a world that has become more uncertain and unpredictable than ever.