Jihadisme, Etat et société au Pakistan

par Amélie Blom

Projet de thèse en Science politique

Sous la direction de Christophe Jaffrelot.

Thèses en préparation à Paris, Institut d'études politiques , dans le cadre de Institut d'études politiques (Paris). École doctorale depuis le 01-10-1993 .


  • Résumé

    Cette thèse est consacrée aux milices jihadistes auxquelles l'armée parkistanaise a sous-traité, depuis la fin des années 1980, une guerre de guérilla en vue d'obtenir l'intégration du cachemire, tout en pouvant bénéficier d'une dénégation plausible. ce modèle de 'privatisation de la violence extra-territoriale autorisé par l'etat' s'est traduit par une délégation de l'entière responsabilité du recrutement et de l'endoctrinement à ces milices, favorisant ce faisant leur pénétration de la société et de l'etat. ces groupes, qui ont envoyé plusieurs milliers de jeunes pakistanais mourir au cachemire, ont fini par devenir des groupes d'intérêt solidement implantés dans l'appareil d'etat ainsi que des mouvements sociaux visant à réformer la société. le choix d'étudier les groupes jihadistes à partir de leurs pratiques politiques et sociales, et au regard de la trajectoire de l'etat, rompt ave une conception strictement idéologique ou stratégique du jihadisme. il importe de le de-spécifier pour mieux saisir ce qui fait son originalité dans chaque contexte national (au pakistan, il résulte de l'effort de guerre de l'etat). partant de cette observation, cette thèse replace le phénomène jihadiste dans un questionnement plus large : la place de la privatisation de la violence dans la formation de l'etat et dans la transformation des modes de contestation politique. elle se situe au croisement de la sociologie historique de l'etat et de la sociologie de l'engagement radical.


  • Pas de résumé disponible.