La gauche italienne et la question du réformisme : 1976-2014

par Jean Neel

Projet de thèse en Science politique

Sous la direction de Hugues Portelli.


  • Résumé

    Le Parti communiste italien était déchiré entre identité révolutionnaire et pratique réformiste;le Psi était bloqué par son rôle charnière entre Démocratie-chrétienne et Parti communiste: le résultat a été , en matière de réformes, inférieur à celui des social-démocraties continentales et nordiques(1976-1989). Après la chute du mur de Berlin et le bouleversement du système politique transalpin (Mains propres; disparitions du Pci et du Psi)la gauche italienne( de l'Olivier à Renzi- 1996/2014)s'est ralliée à une version méditerranéenne du blairisme.Elle aura donc sautée la phase classique du compromis keynésien-fordiste des social-démocraties européennes.Cette donne (outre la particularité d'une formation- le Parti démocratique-né d'une fusion entre ex-communistes et ex démocrates-chrétiens de gauche)en marque-t-elle encore la physionomie?


  • Pas de résumé disponible.