Les notions de 'négativité' et de 'reconnaissance' chez georges bataille.

par Nao Kishida (Yasukawa)

Projet de thèse en Littératures française et francophone

Sous la direction de Jean-François Louette.

Thèses en préparation à Paris 4 depuis le 10-12-2010 .


  • Résumé

    Il est bien connu que georges bataille (1897-1962) a assisté au fameux cours qu'alexandre kojève consacra à la phénoménologie de l'esprit de hegel dans la dernière moitié des années 30. dans ce cours, kojève, reprenant la perspective de hegel qui entrevoit la fin de l'histoire dans l'émergence de napoléon, annonce la fin de 'négativité' humaine et du désir de faire 'reconnaître' cette négativité, deux moteurs de l'histoire et du progrès, après la diffusion mondiale du communisme. selon kojève, la négativité humaine, grâce à laquelle l'être humain peut transformer la nature et l'étant donné, n'aura désormais 'rien à faire'. et c'est précisément cette notion de l'histoire que bataille essaie de réfuter dans une lettre adressée à kojève en 1937. s'y définissant sous les termes de 'négativité sans emploi' qui persiste après la fin de l'histoire, bataille cherchera douloureusement la possibilité de la 'reconnaissance' de cette négativité post-historique. guidée toujours par cette lettre qui est le point de départ de mon projet de recherches, je me propose d'examiner dans la thèse ces deux notions de 'négativité' et de 'reconnaissance' : comment bataille a-t-il élaboré sa propre pensée autour de ces deux notions empruntées à d'autres philosophes ? le travail d'examen requiert d'abord la confrontation de sa pensée, aussi bien avec celle de hegel et kojève qu'avec la lecture du hegel effectuée par ses contemporains comme sartre, lévinas et heidegger. il est également nécessaire d'aborder le problème de la figuration de l'autre chez bataille, avec laquelle se lie étroitement le développement de ces deux notions-la. d'autant plus que chez bataille, le désir de reconnaissance de l'autre est toujours évoqué par la représentation du corps de l'autre exposé à l'extrême violence. l'analyse de ses procédés pour représenter la négativité ostensiblement exhibée sur le corps humain contribuera à éclairer la singularité de sa réflexion sur la négativité et sur la reconnaissance.


  • Pas de résumé disponible.