Rêve et écriture

par Wenyi Xiang

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Patrick Guyomard.

Thèses en préparation à Paris 7 depuis le 22-04-2010 .


  • Résumé

    Avec la pensée lévi-straussienne, l'universalisme oedipien posé par freud est pensé par lacan comme étant fondé sur l'existence d'une fonction symbolique comme loi de l'organisation inconsciente des sociétés humaines. l'inconscient est désigné comme une structure langagière. le complexe d'oedipe se détache d'un universel naturel pour entrer dans le cadre d'un universel symbolique. c'est dans l'analyse des lapsus, des actes manqués, et surtout des rêves, des formations de l'inconscient en somme, que freud constitue au fil du temps une théorie psychanalytique du langage. le rêve constitue un champ privilégié de cette constitution. c'est d'abord à propos du rêve que freud a décrit les mécanismes de la condensation et du déplacement, que lacan rapproche plus tard de la métonymie et de la métaphore. de nombreuses références à l'écriture existe chez freud, depuis l'esquisse d'une psychologie scientifique (1895) et les lettres à fliess jusqu'au texte intitulé note sur le « bloc magique » (1924), en passant par interprétation des rêves (1899) dans lequel il compare le rêve au rébus, à l'écriture chinoise et égyptienne. avec lacan, la lettre et l'écriture deviennent des termes psychanalytique, depuis la lettre 52, la thèse de la double inscription et la note sur le “bloc-notes magique“, jusqu'à l'instance de la lettre dans l'inconscient, la fonction littorale et l'écriture des noeuds borroméens. les termes du récit du rêve, comme le lapsus, l'oubli, l'acte manqué et le mot d'esprit pouvant dire un désir de façon allusive, métaphorique ou métonymique, font entendre ce qui est prohibé en déjouant la censure. quant au symptôme, « s'il peut être lu, c'est qu'il est déjà inscrit dans un procès d'écriture », écrit lacan dans « la psychanalyse et son enseignement » (1957 ; écrits). ce qui est important dans un symptôme, c'est non pas la signification « mais sa relation à une structure signifiante qui le détermine ». plus tard, il définit le symptôme comme ce qui ne cesse pas de s'écrire, un message ignoré de l'auteur, à entendre dans sa valeur métaphorique et inscrit en hiéroglyphes sur un corps. cette thèse consiste à s'interroger sur l'universalité du psychisme à travers une lecture freudo-lacanienne sur le rêve, le langage et la fonction de l'écriture.


  • Pas de résumé disponible.