Architecture thérapeutique. Influence de l'architecture et de la mobilité sur le corps, vers un contre-espace thérapeutique.

par Benoît Viallon

Projet de thèse en Anthropologie

Sous la direction de Sophie Pène.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de Ecole doctorale de l'Ecole des hautes études en sciences sociales ED 286 depuis le 10-12-2010 .


  • Résumé

    De nouvelles souffrances émergent dans l'espace de la ville moderne et ont placé le travail comme centre de la reconnaissance à travers un mouvement de mobilisation totale (ernst jünger, 1989). la relation entre l'architecture et le malaise global n'est pas mise en valeur de manière satisfaisante aujourd'hui pour la question du corps. les politiques d'urbanisme mettent en place une architecture qui se réalise dans la continuité de ce qui est présent sans prendre le recul nécessaire pour s'intéresser véritablement à la place de l'homme, contraint de vivre dans des espaces de plus en plus restreints et pollués. nous nous positionnons également comme une alternative à la tendance de l'architecture écologique qui s'inscrit dans la continuité de la réduction de l'espace, sans prendre en compte le dérèglement du corps dans l'espace de la ville. l'analyse croisée des villes de paris et de tokyo permettra de faire ressortir le caractère extrême du style de vie des travailleurs au japon et l'existence de soupapes de soulagement qui permettent de rompre l'isolement et de diminuer le stress comme une illustration du concept de contre-espace de foucault. nous ferons ressortir à travers cette analyse des traits qui montreront la folie d'un mouvement qui oublie le corps et son entretien. nous pensons que cette situation est clairement positionnée dans l'attente de la catastrophe corporelle. chacun continue tant qu'il peut encore avancer avant la rupture, le nervous breakdown et plus grave encore le suicide. nous voulons dans ce contexte que nous qualifions volontiers de destruction corporelle, articuler une proposition qui permet aux hommes de ce monde de retrouver un équilibre dans un contexte de stress globalisé. nous posons le corps comme centre des vexations, frustrations, limitation physique du fait d'un emploi du temps trop prenant. a partir de l'identification d'un tournant historique tant économique que sociologique pour la transformation de la ville comme hyper-ville et finalement comme cyber-ville, nous voulons mettre en perspective la singularité de l'époque actuelle et sa capacité - par le caractère invivable du nombre et du mouvement des habitants entassés - à proposer de nouvelles perspectives pour l'architecture de la ville. l'architecture cellulaire.


  • Pas de résumé disponible.