Une "liberté souvenante". La langue romanesque de Marguerite Duras.

par Sandrine Luigi (Vaudrey)

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Gilles Philippe.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Langage et langues (....-2015 ; Paris) depuis le 05-11-2009 .


  • Résumé

    Notre thèse se propose de faire l'étude stylistique de la langue narrative de marguerite duras , d'un barrage contre le pacifique, roman paru en 1950 jusqu'à l'amant de la chine du nord, roman paru en 1991.nous verrons tout d'abord que la belle langue d'une part, la langue poétique d'autre part, restent deux horizons stylistiques de l'écriture durassienne. mais le modèle vocal travaille également cette dernière et se trouve en tension voire en conflit avec les deux modèles précédemment évoqués. nous déterminerons alors comment le gauchissement peut se concevoir comme un contrepoint à la belle prose. nous étudierons notamment toutes les formes d'agrammaticalités, toutes les formes non standard, qu'elles se situent au niveau du syntagme, de la phrase ou de séquences plus larges, afin d'appréhender la constitution de l'idiolecte durassien. nous nous demanderons si ce dernier s'est stabilisé en un patron formel ou si, au contraire, il ne saurait se réduire à une forme définitive. puis nous envisagerons comment l'évolution de la langue narrative donne naissance à l'« écriture courante » et comment ce concept durassien coïncide avec une prose parvenue à maturité. enfin, nous tenterons de situer la langue de marguerite par rapport aux grandes écritures de son temps. nous analyserons notamment l'influence des expérimentions de l'écriture phénéoménologiques, mais également d'écritures plus classiques.


  • Pas de résumé disponible.