Farce de loi. representation et reglementation des actes de langage en angleterre entre l'age de la reforme et la guerre civile.

par Raphael Ventura

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Christian Jouhaud.

Thèses en préparation à Paris, EHESS depuis le 09-12-2009 .


  • Résumé

    Les actes de langage produits sur une scène de théâtre (engagements, serments, promesses, pactes, etc.) semblent valoir pour la seule durée du spectacle et dans le seul espace du spectacle. ils ont, pour ainsi dire, ni force ni valeur légale : ils sont vides. mais comment isole-t-on cette durée et cet espace ? aujourd'hui, la linguistique pragmatique établit des conditions pour évacuer tous les actes ‘parasites', c'est-à-dire fictions, mensonges et citations. l'effort ne fut pas moindre, au siècle des guerres civiles de religion, pour discipliner et réglementer cette limite avec des instruments administratifs, juridiques et politiques. dans le mouvement même de sa constitution, l'etat moderne se préoccupe en effet d'établir toutes les conditions préalables à la falsification de la parole publique, sur le double mode de l'interdiction (sanctions) et de la permission (licences). notre recherche porte sur la constitution de ces structures, organes, normes et doctrines en angleterre à partir de la réforme, en comparant ce cas avec celui de la france et d'autres pays européens. l'enjeu est de comprendre comment et pourquoi on s'efforça de séparer dans l'espace public les représentations efficaces des représentations vides, à l'âge qui voit naitre la doctrine politique de la représentation – cette métaphore théâtrale, comme rappellera thomas hobbes au chapitre xvi du leviathan.


  • Pas de résumé disponible.