Enjeux de citoyenneté et pratiques sociales ordinaires : appartenances, aspirations et réflexivité politique dans un contexte urbain. L'exemple du quartier de Cubura à Belgrade, Serbie

par Marie Van Effenterre

Projet de thèse en Anthropologie

Sous la direction de Catherine Neveu.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 17-12-2009 .


  • Résumé

    La serbie actuelle, à la suite des formations étatiques qui l'ont précédée, n'a de cesse de résoudre sa ‘question nationale' (srpsko pitanje), c'est-à-dire la non-coïncidence des appartenances étatiques, nationales et territoriales. ces problématiques, de même que la manière dont elles sont formulées, renouvelées et mises en pratique, peuvent particulièrement être saisies sous l'angle des enjeux de citoyenneté, et plus précisément, dans leur articulation avec la question des appartenances et des identifications. généralement appréhendés au travers des textes de loi ou des politiques publiques, ces processus sont également perceptibles dans les interactions sociales et les formes de mobilisation collective. il sera ici question des relations entre serbes ‘statutaires' et serbes ‘réfugiés' à belgrade. la décomposition de la yougoslavie, sur fond de guerre, a en effet initié un afflux de serbes provenant de croatie et de bosnie, mais aussi des tentatives de réponses de la part du gouvernement, entre idéalisation de la figure du réfugié et esquisse de nouveaux statuts (voir la promotion récente du terme ‘serbes de la région'). dans cette optique, j'essayerai de comprendre comment ces différents acteurs conçoivent leur rôle et leur place de citoyen, et comment les représentations qui en résultent accompagnent la production d'inclusion ou d'exclusion.


  • Pas de résumé disponible.