L'évaluation de la recherche fondamentale libre en suisse et les conséquences sur les pratiques de recherche.

par Sacha Varin

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Andre Robert.

Thèses en préparation à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'éducation, psychologie, information et communication (Lyon) depuis le 11-11-2009 .


  • Résumé

    Mon idée est de partir des modes/procédures d'évaluation concurrentiels/compétitifs de la recherche et d'identifier les impacts sur les activités des chercheurs. en comparant 2 champs disciplinaire qui sont la physique (sciences dures) et la sociologie (sciences humaines et sociales). la comparaison d'une discipline des sciences humaines et sociales et une discipline des sciences ‘dures' me semble très intéressante. en effet, la sociologie est particulièrement intéressante parce qu'elle constitue un enjeu politique pour les gouvernements qui veulent sans doute l'orienter à leur avantage, alors que c'est plus difficile peut-être pour la physique. par ailleurs, si l'on comprend facilement que les gouvernements veulent se faire du capital politique en finançant la recherche médicale dont l'importance est claire pour les électeurs, cela paraît moins simple pour la physique. en tous cas, le contraste est fort entre sociologie et physique dans l'opinion publique. la question centrale de mon étude est la suivante : dans quelle mesure l'évaluation de la recherche influence-t-elle les thématiques de recherche proposées par les chercheurs ? mon hypothèse est la suivante : afin que les requêtes de professeurs soient acceptées et donc financées/subventionnées par le fns, les professeurs orientent leurs projets déposés au fns en fonction des attentes des autorités politiques (gouvernements cantonaux). les études en sociologie peuvent servir aux gouvernements afin d'orienter leurs politiques. en ce qui concerne la physique et l'influence /l'orientation éventuelle de la part du politique, il est intéressant de constater que le sommet de copenhague qui s'est tenu il y a quelques mois sur le réchauffement climatique, les scientifiques dont les physiciens (entre autres) sont très sollicités par les politiques pour développer des nouvelles solutions d'énergies dites renouvelables, développement durable... les physiciens vont donc être amenés à proposer des thématiques de projets (à déposer au fns) en lien avec ces questions de nouvelles technologies énergétiques... ! donc autant la physique que la sociologie peuvent être 2 domaines qui subissent des orientations provenant du politique. donc, autant dans le champ disciplinaire de la sociologie que dans celui de la physique, les thématiques proposées par les professeurs au fns sont largement influencées par les attentes des autorités politiques tant cantonales que fédérales. les experts tant internationaux (externes au fns) qu'internes au fns (conseil de la recherche) qui évaluent les projets de recherche sont sensibles à 'l'utilité pratique' des différents projets, toujours en fonction du contexte politique.


  • Pas de résumé disponible.