Managing creativity in groups : a multimethod inquiry into intragroup collaboration and external memberships

par Floor Van den born

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Kevin Yong et de Charles-Henri Besseyre des Horts.


  • Résumé

    Cette thèse répond à deux défis auxquels sont confronté les organisations. Premièrement, les organisations sont de plus en plus segmentées en équipes pour exécuter des tâches, mais ces équipes ne fonctionnent pas toujours harmonieusement. Deuxièmement, la créativité des équipes est un facteur clé expliquant la capacité d’adaptation et de croissance des organisations – et à plus long terme, leur survie. Mais la créativité est un processus chargé d’incertitude et à ce titre il est considéré comme une prise de risque. On imagine souvent qu’il suffit de collaborer régulièrement au sein d’une même équipe pour développer des « routines créatives », faciliter le travail en équipe et améliorer la capacité à innover. Toutefois, à force de trop souvent travailler avec les mêmes personnes, on développe des routines inflexibles qui peuvent nuire au travail créatif. Dans ce contexte, les liens d’appartenance externe jouent un rôle clé pour corriger cet effet pervers des collaborations répétées. En participant temporairement à d’autres groupes de travail, les membres d’une équipe donnée peuvent focaliser leur attention sur d’autres sujets et d’autres manières de travailler, ce qui permet de redynamiser leurs pratiques parfois devenues inflexibles avec le temps. Aussi, les liens d’appartenance externe génèrent de la nouveauté et de la diversité au niveau des connaissances et des compétences. Ces idées sont testées à partir de données sur l’industrie du jazz à New York City. Des analyses qualitatives et quantitatives montrent que la relation entre collaboration répétée et créativité des équipes est curvilinéaire, en forme de U inversé. De surcroît, les données suggèrent qu’il est possible, pour une équipe, de conserver un avantage concurrentiel en combinant collaborations répétées fréquemment avec de nombreux liens d’appartenance externe. Cette thèse contribue à la recherche sur le comportement organisationnel, en particulier aux travaux portant sur l’innovation et la créativité des équipes.


  • Résumé

    This dissertation addresses two core challenges organizations face: First, organizations are increasingly relying on groups for the execution of tasks, but groups do not always function well. Managing groups is considered one of the most difficult and pressing challenges in modern organizations. Second, creative performance fosters adaptability and organizational growth and is therefore crucial for the long-term survival of organizations. Yet, creative performance is challenging as the process is surrounded with uncertainty, and therefore considered risky. A key argument is that repeat collaboration in groups facilitates the establishment of creative routines, fostering intragroup collaboration, and hence fostering creative performance. However, with high intensities of repeat collaboration, routines decrease in flexibility, challenging intragroup collaboration, thereby stifling creative performance. External memberships play important roles in alleviating the negative consequences of high repeat collaboration in groups. By temporarily exchanging memberships, group members divert attention from their group, temporarily focusing on external groups. With attention diversion group members who have collaborated together intensively, overcome fixation on rigid routines. Simultaneously, external memberships function as a source for knowledge variation, diversifying the knowledge bases of ongoing groups. I test these theories using original data from the New York City jazz music industry. Qualitative and quantitative analyses provide evidence for the hypothesis that the relationship between repeat collaboration and creative performance of groups follows an inverted ushaped function. Moreover, data suggest that balancing high repeat collaboration with high external memberships provides a sustained creative advantage for groups. This dissertation contributes to organization behavior, particularly to group-level research and literature on creativity and innovation.