Sociologie de la figure du sans papier. étude comparative entre buenos aires. montréal et paris.

par Daniel Veron

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Patrick Cingolani.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Economie, organisations, société (Nanterre) , en partenariat avec IDHElaboratoire UMR 8533 (laboratoire) depuis le 16-11-2009 .


  • Résumé

    Fait marquant des sociétés dites développées : la présente massive d'individus en deçà de droit, dans des etats théoriquement fondés sur le droit. a partir de trois terrains - paris, buenos aires, et montréal - on se propose de construire la figure du sans-papiers comme un puissant analyseur de notre temps. il s'agit donc de comparer des configurations sociologiques, juridiques, économiques, culturelles différentes, représentatives d'ensembles régionaux soumis à une immigration économique. prenant, l'action collective comme porte d'entrée, on veut montrer que l'engagement dans l'action collective des sans-papiers s'explique non pas selon une rationalité instrumentale, mais une rationalité à la fois affective et tactique. saisir autre chose qu'une rationalité les tactiques de résistance, de défection, d'apathie, voire de mutinerie ou d'insurrection, ou encore de prise de parole. ces pratiques peuvent être lues comme des modalités de mise à distance d'une condition. c''est seulement comme cela qu'on peut dégager une figure positive du sans-papiers. a partir des différentes tactiques, des différentes manières de faire avec : replis sur diverses ressources communautaires ; abnégation dans le travail, en supportant les humiliations, parce qu'il n'y a pas le choix et qu'il faut envoyer de l'argent au pays, ou encore dans l'engagement dans une action collective. mais aussi à partir du sens que les acteurs donnent à ces tactiques, dans des mises en récit d'expériences (que ce soit dans l'action collective à l'adresse des ties citoyens, ou du sociologue lors des entretiens). finalement, la figure du sans-papiers apparaît comme celle de ces migrant, acteur de la mondialisation, opérateur au coeur de processus de communication entre des espaces sociaux éloignés , rapprochés par ses activités de transferts (économiques, sociaux, affectifs, culturels, politiques, etc.) , autrement dit comme un vecteur de richesse.


  • Pas de résumé disponible.