Les festivals, le monde des musiques du monde et leurs publics.

par Sandrine Teixido

Projet de thèse en Anthropologie

Sous la direction de Denis Laborde.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 29-11-2010 .


  • Résumé

    Ce projet de recherche se propose d'explorer les façons dont les musiques du monde sont données à voir au public aujourd'hui. Le festival, et les différents formats qu'il induit, seront l'un des angles au moyen desquels nous tenterons de cerner les manières par lesquelles ces musiques construisent un public et inversement comment les publics construisent ces musiques en déplaçant les frontières qui les ont instituées (esthétiques, culturelles, etc.). Nous nous concentrerons plus particulièrement sur un festival français, africolor, qui a lieu tous les ans depuis 1989 dans le département de la Seine-Saint-Denis de mi-novembre au 24 décembre. C'est le rapport au public qui est exploré, dans son lien avec la culture et le politique dans un contexte français. Relations publiques, relation aux publics, chose publique subventionnée, public spectateur ou public démocratique, c'est cette catégorie du "public" et ses implicites qu'il s'agit d'interroger. Les politiques culturelles publiques et le travail de relations au(x) public(s) font-elles d'un festival une chose publique? Est-ce que la world music vue comme musique décontextualisée est moteur pour l'action? Il s'agira d'interroger sur la manière dont ce "public" se réapproprie ce monde des musiques du monde, les ruses qu'il emploie à l'égard des différents formatages, les multiples "antidisciplines". Observer un festival (africolor) et ses publics, c'est donc s'attacher à observer des modes d'interactions et de représentations multiples : quelle articulation entre le "faire" un concert, le concert représenté sur scène et le festival représenté par les discours (politique, médiatique, quotidien)?


  • Pas de résumé disponible.