Le suicide en Polynésie française.

par Yasmina Taerea

Projet de thèse en Anthropologie

Sous la direction de Serge Tcherkézoff et de Yannick Jaffré.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 04-10-2010 .


  • Résumé

    Plusieurs constats se sont dégagés du travail de master et définissent les grandes lignes du projet de thèse. en effet, on a d'abord relevé l'existence d'un processus de médicalisation du mal-être dans lequel apparait le suicide en pointillés. on s'est ensuite intéressé à la production de projets de développement en politique de santé publique à l'égard de la jeunesse polynésienne ainsi qu'à l'inscription de la prise en charge des conduites suicidaires qui s'effectue principalement dans un cadre médical. enfin, on a observé une institutionnalisation progressive du suicide qui s'opère dans une logique de reconnaissance publique du phénomène et des personnes souffrantes concernées. face à ces constats, on propose de traiter la problématique du suicide en tant que phénomène social en effectuant une anthropologie comparative, d'une durée de vingt-quatre mois, sur les catégories affectives des jeunes polynésiens suicidants et/ou récidivistes présents dans les archipels de la société, des marquises et des australes, au travers de l'étude des plaintes sociales relatives au mal-être. on tiendra compte tout d'abord des émotions exprimées par la population choisie en relevant les manières d'exprimer individuellement et-ou collectivement la souffrance relative au suicide, pour en dresser un lexique afin de saisir la construction de catégories d'âges auxquels se rapportent ces styles d'expressions et de comprendre la dimension culturelle de ce phénomène social en polynésie française.


  • Pas de résumé disponible.