Socio-anthropologie de l'action humanitaire et de la solidarité internationale en milieu associatif (madagascar)

par Alice Thiebaut

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Olivier Lazzarotti.

Thèses en préparation à Amiens depuis le 09-09-2010 .


  • Résumé

    Il s'agira dans cette étude, de questionner l'éclectisme des acteurs locaux et internationaux présents dans un seul et unique espace temps. la question du regard et de la compréhension de l'autre sera déterminante dans l'avancement de ma recherche. comment et de quelle manière nous construisons l'autre par nos représentations, nos conceptions et l'attribution de statuts. ces travaux reposeront sur une analyse interactionniste, considérant « l'autre » comme facteur de construction identitaire et de processus sociaux : nous sommes parce que les autres nous voient et nous considèrent comme existants à travers leurs propres points de vue fantasmés. on se construit soi-même avec, par et pour les autres. je réinterrogerai donc la notion d'habiter en m'attelant à la thématique de l'action humanitaire et de la solidarité internationale. cette thèse serait une manière d'aborder ces villes du « tiers monde » (il faudra bien entendu définir ce terme), du sud ou d'ailleurs qui se construisent en ville-monde. antsiranana est une sorte de laboratoire susceptible de révéler la transformation du monde, les manières de l'habiter et d'utiliser l'espace. je souhaite également suivre les actions des structures associatives ou non gouvernementales à antsiranana pour appréhender de manière parallèle le travail qui est mené en milieu rural. bien sûr cette focale comporte un lieu mais aussi ceux et celles qui l'occupent, l'investissent ou le transcendent. les étrangers et les membres des ong : qui sont-ils? comment mènent-ils des projets dans cette région de l'île ? quels regards portent-ils sur la population et leurs conditions de vie ? comment vivent-ils leur séjour dans ce pays ? quels sont leurs objectifs ? que souhaitent-ils véhiculer et transmettre ? mais il s'agit aussi d'appréhender la vision et les visées de la population vis-à-vis de ces personnes ou structures venues d'ailleurs : quelles perceptions les malgaches ont-ils de ces occidentaux ? comment les accueillent-ils, eux et leurs projets culturels ? en somme, devons-nous parler de cohabitation ou de co-habitation entre « étrangers » et dits autochtones ? quelles différenciations pouvons-nous établir entre ces derniers ? ces hommes habitent-ils la ville en y créant un espace social et politique hybride, nait de leurs coprésences ou continuent-ils à nourrir des mondes particuliers, qui leurs sont propres ?


  • Pas de résumé disponible.