Transition psychosociale de repatriation : la dynamique identitaire et capacitaire au retour d’expatriation professionnelle

par Philippe Thorel

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Anne-Marie Vonthron.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Connaissance, langage et modélisation (Nanterre) , en partenariat avec Laboratoire Parisien de Psychologie Sociale (Nanterre) (EA 4386) (laboratoire) depuis le 18-11-2010 .


  • Résumé

    Le retour d’expatriation professionnelle (repatriation) est une transition psychosociale qui fait l’objet de peu de recherches dans le champ de la psychologie de la carrière. Les données disponibles indiquent que le rapport à l’emploi occupé au retour reste problématique pour nombre de repatriés. L’épreuve du retour semble témoigner d’un « choc identitaire » plus complexe que le seul « choc culturel » décrit couramment dans la littérature : comment expliquer que la majorité des repatriés évoquent des difficultés d’adaptation professionnelle plus grandes au retour d’expatriation qu’à l’aller, alors que pour la plupart d’entre eux, ils retrouvent à la fois leur pays, leur culture, leur langue maternelle, leur famille, leurs amis voire leurs collègues? La recherche de Thèse vise à mieux appréhender des processus et dimensions psychologiques associés à la transition psychosociale du retour d’expatriation professionnelle et en particulier à éclairer la dynamique identitaire et capacitaire en jeu chez les repatriés lors de leur réintégration au travail dans le pays d’origine. Trois études, utilisant des méthodes d’analyse quantitatives et qualitatives, ont été conduites auprès de cadres repatriés après des expériences d’expatriation professionnelle réussie. Ces études soulignent l’importance d’envisager la transition psychosociale de repatriation en prenant en compte des construits psychologiques clés référant à l’ensemble du parcours d’expatriation-repatriation comme les motivations à s’expatrier, le sentiment d’adaptation en expatriation ainsi que les conditions perçues, le sentiment d’efficacité professionnelle, les retentissements identitaires et la tonalité affective au retour. Cette perspective a notamment montré que les motivations professionnelles pour l’expatriation étaient en lien avec un développement capacitaire souhaité par le sujet, qu’il cherche à valoriser à son retour. En conséquence, les tensions identitaires ressenties sont d’autant plus criantes que l’individu perçoit un décalage important avec l’environnement du retour, alors que son projet d’expatriation visait au contraire un meilleur ajustement. Les résultats de la recherche dégagent aussi quelques pistes d’application en conseil de carrière pour accompagner les personnes en mobilité internationale, tout au long de leur parcours d’expatriation-repatriation.

  • Titre traduit

    The psychosocial transition of repatriation : issues of identity and ability after working abroad


  • Résumé

    Professional repatriation is a psychosocial transition that has been little studied in the field of career psychology. The data available indicate that after being repatriated, the relationship to the job remains problematic for many people. Upon their return, the stress seems more like a ‘shock of identity’ than a simple ‘cultural shock’ usually described by the literature. How to explain that most repatriates mention greater difficulties for professional adaptation when they return to their country, their culture, their native language, their family, and friends or colleagues that they did when leaving? The present research thesis seeks to enhance our understanding of the psychological processes and the psychosocial dimensions of the professional repatriation transition, focusing in particular on identity and capability dynamics at play among repatriates when they return home. Three studies using quantitative and qualitative methods were conducted with repatriated executives after successful professional expatriation experiences. These studies highlight the importance of the psychosocial transitions of repatriation by taking into account key psychological constructs involved in the entire expatriation-repatriation process, such as the motivations for expatriation, the sentiment of adaptation during expatriation, as well as the perceived conditions, professional self-efficacy, and the repercussions on identity and emotional tone after the return. The approach adopted here found that the professional motivations for expatriation were often based on a desire to learn a new skill or capacity, which the subject tried to showcase upon his/her return. Thus, the identity tensions experienced were greater the more the individual perceived a significant difference with his/her return environment, while they had expected the contrary that expatriation would provide a better fit. The research results provide some suggestions for career counselling to support people in international mobility throughout their experience of expatriation-repatriation.