Opacité et transparence dans loeuvre des poètes 'confessionnelles' anne sexton et sylvia plath.

par Angelique Thomine

Projet de thèse en Études anglophones

Sous la direction de Pascal Aquien.

Thèses en préparation à Paris 4 depuis le 17-11-2010 .


  • Résumé

    Nous allons voir tout au long de cette thèse que les poèmes d'anne sexton (1928-1974)et de sylvia plath (1932-1963) sont véritablement fuyants, se défilent, puis réapparaissent, tantôt opaques, tantôt transparents, utilisant tantôt le 'je', tantôt le 'il/elle', voire un personnage de conte célèbre, point culminant d'une poésie du désenchantement. tout d'abord, il est primordial de remarquer l'évolution qui s'est opérée dans l'écriture des deux femmes, plath partant d'une poésie opaque et mystérieuse (colossus and other poems) vers une poésie plus transparente (ariel, dernier recueil du poète) tandis que l'on observe la tendance inverse chez sexton, qui, à la fin de sa carrière littéraire, fera l'expérience de la troisième personne, délaissant progressivement le 'je'. le choix de ces deux poètes femmes s'inscrit dans l'optique d'une étude sur l'écriture féminine à travers l'ambiguïté du genre et une poétique du désenchantement toutes deux présentes dans leurs œuvres. ceux-ci font partie des grands axes que j'aimerais développer tout au long de cette thèse. parmi les thèmes communs aux œuvres respectives de plath et de sexton que je vais étudier, la maternité occupe une place prépondérante, tout comme la folie, les différents rapports à la famille, la sexualité, mais aussi le questionnement sur la religion ou encore sur le genre ou l'homosexualité féminine, bien que celle-ci demeure plus ou moins implicite selon les auteurs.


  • Pas de résumé disponible.