Le managérialisme et l’identité universitaire : le cas de l’université française

par Nino Tandilashvili

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Patrick Gibert.


  • Résumé

    Poussées par les changements majeurs de l’environnement de l’enseignement supérieur, les universités françaises se sont engagées dans un mouvement de modernisation de leur gestion. Ces changements, engendrés par de nombreux facteurs sociaux économiques et technologiques, ont amené des gouvernements successifs à entreprendre des réformes importantes pour faire face à ces évolutions. De nombreuses publications scientifiques anglo-saxonnes et françaises soutiennent que le prix à payer pour les améliorations apportées par ces réformes est très élevé, dénaturant parfois l’idée de base de l’institution universitaire. Ainsi, la présente recherche s’inscrit dans une thématique qui se trouve au cœur des débats publics et scientifiques suscités par l’évolution de la gouvernance des universités en France. Notre recherche vise à répondre à la question de la nature de l’impact du « managérialisme » croissant sur l’identité universitaire. L’importation d’outils et de concepts développés dans la sphère du privé, permet-elle de meilleures efficacité et efficience des organisations universitaires sans toucher fondamentalement à la nature de celles-ci ? Ou à l’inverse, l’identité universitaire, vue comme un ensemble complexe de valeurs, de missions, de modes opératoires, est modifiée par la « modernisation de la gestion » ? La recherche s’appuie sur une étude approfondie du cas de trois universités françaises à périmètre disciplinaire différencié : université pluridisciplinaire, université scientifique et université de lettres et sciences sociales. L’analyse thématique de contenu du discours des universitaires révèle une modification identitaire importante due aux différents facteurs. Notre objectif est d’étudier dans quelles mesures cette modification est imputée au managérialisme. Notre recherche met en évidence des tensions entre les normes, les valeurs et les pratiques traditionnels de l’université française et les objectifs de nouvelle structure institutionnelle et le nouveau management émergeants.

  • Titre traduit

    Managerialisme and university identity : the case of French university


  • Résumé

    Driven by major changes in the higher education environment, French universities have engaged themselves in a comprehensive process of management modernization. In parallel, governments have undertaken number of reforms to face up important socio-economic and technological evolutions. These reforms aroused a vague of criticism in English and French scientific literature, stating namely, that the price to pay for the improvements proposed by these reforms is very high, sometimes even distorting the basic idea of what is university. Thus, the present research is part of the scientific and public debates incited by the changes in the governance of universities in France. It aims to analyse the nature of the impact of growing “managerialism” on the university identity. Does the introduction of private sector management tools and concepts allow improved efficiency and effectiveness of universities without altering its fundamental nature? Or, on the contrary, this “modernisation of management” transforms the university identity, which is a complex set of values, missions, operating mode… To answer these questions the research proposes a multiple case study of three French public universities with diverse academic profiles: multidisciplinary, scientific and social sciences universities. The contents analysis of the interviewed academics’ discourse reveals important identity modification due to different factors. Our aim is to see in what extent this modification is attributed to managerialism. In so doing, our research exposes number of tensions between traditional norms, values and practices, on the one hand, and the objectives of the emerging formal institutional structure and management, on the other hand.