Dramaturgie de la comédie mêlée d'Ariettes en France (1759-1810).

par Marie-cécile Schang

Projet de thèse en Littératures française et francophone

Sous la direction de Pierre Frantz et de Raphaëlle Legrand.

Thèses en préparation à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) depuis le 01-09-2011 .


  • Résumé

    A la fin des années 1750, l'opéra-comique évolue vers une forme nouvelle appelée 'comédie mêlée d'ariettes', qui rencontre un grand succès auprès du public et des artistes, et qui reste productive jusqu'à la fin de l'empire (année 1810)? la forte parenté structurelle entre la comédie mêlée d'ariettes et le roman, ainsi que le rôle fondamental des ariettes, qui apparaissent comme un sommet d'émotion vers lequel chaque œuvre est tendue, renvoient à l'importance nouvelle prise par la notion d'intimité et au développement de l'expression de soi, qu'on appelle en littérature le 'lyrisme'. il s'agit de se demander dans quelle mesure la comédie mêlée d'ariettes devient l'un des modes d'expression privilégié du lyrisme au xviiie siècle, et pourquoi le lyrisme doit désormais être exhibé pour susciter les émotions les plus intimes chez le spectateurs. pour répondre à ces questions, il convient d'analyser le fonctionnement du genre à partir d'une observation du dispositif que constitue chaque pièce du corpus, en s'intéressant à la fois aux livrets et aux partitions dans une double perspective littéraire et musicologique. il s'agit plus précisément de déterminer la place que prend l'expression de la sensibilité dans la structure même des œuvres, afin de vérifier l'hypothèse selon laquelle l'opéra-comique exprime un 'lyrisme nouveau'. de cette étude doit découler une réflexion plus globale sur le système dramatique de l'époque, puisque le genre a influencé gluck ou mozart aussi bien que beaumarchais et soulève des problématiques que l'on retrouve au xixe siècle dans le théâtre de victor hugo par exemple.


  • Pas de résumé disponible.