La coopération intergénérationnelle en entreprise, étude à partir du mentorat des jeunes salariés par les salariés seniors

par Mamadou cherif Sy

Projet de thèse en Sciences de gestion

Sous la direction de Éric Pezet.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Economie, organisations, société (Nanterre) , en partenariat avec Je2478 ceros (laboratoire) depuis le 14-03-2011 .


  • Résumé

    Le mentorat est une relation d'accompagnement entre un adulte senior qui possède une expertise dans un domaine (le mentor) et un adulte junior en formation ou en apprentissage (la mentorée ou le mentoré) qui aspire à se développer (savoir, savoir-faire et savoir-être). le mentoré développe les compétences et les habiletés qu'il aspire à développer, il apprend à voir les choses autrement et se transforme.mises à jour au vingtième siècle par le psychosociologue erik h. erikson, cette relation spécifique entre un mentor et un mentoré s'organise dans les entreprises. nous nous proposons, afin de mieux appréhender la complexité des questions posées autour du mentorat, d'explorer ce que peut être la notion de la transmission des savoirs des salariés expérimentés, termes auxquels il s'agira de donner du contenu, pour les  salariés et de l'entreprise en particulier.ensuite, nous essayerons de voir, dans le contexte de la problématique du maintien des seniors en emploi. comment cette relation peut permettre de repenser l'ensemble du fonctionnement des entreprises et de passer d'une gestion segmentée par âges à une gestion de l'emploi et des compétences axée sur l'aménagement de l'ensemble du cycle de vie professionnel. ce phénomène est étroitement lié au processus de codification des connaissances que nous tenterons de développer avec les apports en sciences de gestion et des sciences de l'éducation. autrement dit, sous son aspect organisationnel et cognitif. aujourd'hui, d'après nos observations, certains seniors sont priés de partir, mais ceux qui restent paraissent davantage formés. ce résultat remet en cause le discours alarmiste sur la formation des seniors, surtout s'il donne à croire que des formations plus fréquentes après 50 ans résorberaient tout problème. en particulier, les possibilités de codification, de stockage et de diffusion des savoirs de l'entreprise peuvent supplanter les seniors dans leur rôle de «mémoire vivante » de l'entreprise (caroli, 2003).


  • Pas de résumé disponible.