Religion et agriculture en Grèce ancienne (VIII-III AV J.C). Rites et mythes à fonction agraire dans la Grèce centrale et égéenne du VIIIe s avant J.C au début du IIIe s av J.C.

par Lucien Serra

Projet de thèse en Histoire ancienne

Sous la direction de Christophe Chandezon.

Thèses en préparation à Montpellier 3 , dans le cadre de Langues, littératures, cultures, civilisations - ED 58 depuis le 05-08-2010 .


  • Résumé

    Les sociétés anciennes étaient essentiellement des sociétés 'agraires', dans la mesure où leur économie, leurs cadres sociaux et leurs représentations culturelles étaient en grande partie centrées sur la terre et son exploitation. même une cité urbaine et ouverte au commerce maritime comme l'athènes classique n'échappe pas complètement à la règle. cette importance, réelle et symbolique, de la terre et de l'agriculture en grèce ancienne explique en partie un certain nombre de phénomènes de natures variées: la colonisation, les guerres, les rapports et les conflits sociaux, les représentations et les réalités politiques… les problèmes de la terre, sans en être nécessairement le facteur déterminant, ont joué un rôle important dans la manifestation de tous ces phénomènes historiques. dans un autre ordre d'idée, on peut affirmer que les grecs étaient parmi les plus religieux des hommes. certes, la religion antique ne correspond pas tout à fait à nos critères modernes du religieux; en outre, la grèce, berceau de la 'raison', a également vu se développer des sytèmes de pensées allant jusqu'à justifier l'athéisme. cependant, la majorité de la population grecque, élites et classes 'populaires', croyait à l'intervention des dieux dans la vie quotidienne et accomplissait les rites sans en contester l'efficacité. le monde de l'homme grec était donc un univers peuplé de dieux, un monde magique et religieux… il serait alors, d'une certaine manière, 'logique' que ces deux domaines, l'agriculture et la religion, aient eu des relations étroites en grèce ancienne. cependant, depuis une cinquantaine d'années, le concept de 'religion agraire' a été sérieusement contesté. nous nous proposons par conséquent, non pas de le réhabiliter, mais de mieux percevoir la part agraire de la religion grecque ancienne ainsi que son évolution entre l'époque archaïque et la fin de l'époque classique. en quoi les problèmes de la terre et de l'agriculture influencent-ils la vie religieuse? en quoi la religion est-elle, d'une certaine façon (mais aussi dans certaines limites), une réponse à ces problèmes agraires? comment évoluent rites, fêtes et mythes de nature 'agraire' entre la période de l'émergence de la cité et du logos (viiiè-viième avant jc) et la fin de la grèce classique?


  • Pas de résumé disponible.