La valorisation du capital humain dans les entreprises publiques : le cas de l'algerie

par Nadir Si-ahmed

Projet de thèse en Sciences de gestion

Sous la direction de Sofiane Tahi.

Thèses en préparation à Amiens depuis le 22-11-2010 .


  • Résumé

    Le cadre actuel de la gestion aujourd'hui, est celui de la recherche d'une compétitivité permanente qui assure a l'entreprise une position concurrentielle forte est soutenable, tant par les prix que par d'autres paramètres, et pour être compétitive, toute entreprise doit pouvoir compté sur les ressources indéfectible et un capital sur et performant, meilleur que ses concurrents, c'est-à-dire son capital humains. notre époque connaît un renversement dans l'appréciation des valeurs économiques, les matières premières deviennent des ressources rares et font l'objet d'une compétition de plus en plus âpre de la part des entreprises utilisatrices. parallèlement, une économie de l'immatériel s'est développée à un rythme soutenu depuis l'apparition des technologies de l'informatique et de la communication la globalisation de l'activité et des échanges économiques et financiers a considérablement accru la concurrence sur les marchés et modifie progressivement les rapports de force économiques, et financiers, culturels et politiques, entre les pays, elle annonce l'émergence d'une nouvelle configuration géopolitique des grandes puissances, et face a cela seule la créativité humaine peut faire la différence dans un tel contexte économique, financier, politique et sociale. l'objet de cette thèse porte sur une analyse multidimensionnelle de la valorisation du capital humain dans les entreprises publiques eu plus précisément en algérie, au lendemain de l'indépendance du pays, l'etat a fait le choix de bâtir une économie quasi exclusivement basée sur de grandes entreprises publiques, ce choix était plus motivé par une logique politique plutôt que par une logique économique, il en résultait entre autres, une gestion du capital humain complètement désastreuse, fortement conditionnée par les appartenances politiques, régionalistes voire claniques. les limites de cette gestion conditionnée du capital humain se sont rapidement révélées notamment suite au double processus de mondialisation /globalisation qui a précipité la faillite de la plupart des entreprises publiques algériennes, rendant nécessaire leur privatisation. d'un coté, l'apparition du privé a soumis les entreprises à une concurrence sans précédent basée essentiellement sur le capital humain comme principal avantage compétitif. démunies en moyens financiers et matériels, les entreprises privées algériennes ont réussi la ou précisément les entreprises publiques avaient échoué : la valorisation du capital humain. est a fin de réaliser cette thèse, le travail sera partagé en quatre chapitres.


  • Pas de résumé disponible.