Enquête criminelle, quête littéraire dans les oeuvres romanesques de Rubem Fonseca, Roberto Bolano et Jean Echenoz.

par Marina Silveira de Melo

Projet de thèse en Littératures et civilisations comparées

Sous la direction de Florence Olivier.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (....-2015 ; Paris) , en partenariat avec Centre d'études et de recherches comparatistes (Paris) (equipe de recherche) depuis le 19-11-2010 .


  • Résumé

    Composé par des écrivains dont les productions vont du respect partiel des normes qui régissent le genre du roman policier jusqu'à celles qui en font la parodie, ce projet propose l'analyse de romans de l'auteur français jean echenoz, du chilien roberto bolaño et du brésilien rubem fonseca (dont lac, 1989 ; estrella distante, 1996 et a grande arte, 1983). ces romans soulèvent les problèmes de l'écriture, de façon plus ou moins explicite, en établissant toujours un rapport avec la question de l'investigation et de la découverte – ou non – du coupable d'un crime. dans lac, un des aspects les plus frappants est l'idée même de la spécularité apportée par le titre et par quelques allusions à des objets qui reflètent. ceci nous amène à la remise en cause de la notion selon laquelle la littérature doit être un reflet du monde. a part cette allusion à la spécularité littéraire, il y a aussi ce qu'on peut considérer comme une dérision et aussi une parodie des éléments qui constituent les romans policier et d'espionnage. dans estrella distante, l'assassin est identifié dès le premier chapitre. après avoir exhibé ses crimes lors d'une exposition photographique où l'on aperçoit ses victimes, l'assassin disparaît et sa recherche n'est possible qu'à travers une quête littéraire : c'est à partir de ce qu'il a écrit avec des pseudonymes qu'on pourra le trouver. la fin du roman n'est pourtant pas l'achèvement attendu, parce que tous les criminels ne sont pas punis. dans a grande arte, après l'assassinat d'une série de prostituées, le détective part à la recherche du criminel. ainsi comme dans les deux autres romans, il y a la thématique du déplacement, soit du voyage et du dépaysement pour la réalisation de l'enquête criminelle. pour arriver à l'assassin, il faudra que ce détective rassemble des témoignages et notamment interprète des journaux intimes du dit assassin, mais la fin propose des hypothèses. on peut remarquer donc que la construction littéraire est représentée comme un puzzle, dont les pièces sont fournies par des individus ou des situations différentes. la question qui se pose au lecteur est celle de l'incrimination ; car les pièces des dossiers doivent être rassemblées et ne peuvent l'être. l'art du roman est une énigme, de même que la nature du mal.


  • Pas de résumé disponible.