Poetique du langage non poetique : les figures du discours non figural

par Guillaume Solsona

Projet de thèse en Études hispaniques

Sous la direction de Federico Bravo.

Thèses en préparation à Bordeaux 3 depuis le 10-11-2010 .


  • Résumé

    Il s'agit d'etudier l'emploi des figures 'de rhetorique' dans le discours que l'on qualifie de 'non poetique' afin de degager leur caractere poetique. il est communement admis que l'irruption de figures de style dans le discours 'ordinaires' est le fruit d'un hasard, souvent percu comme un fait isole et sans importance; d'autre part, il semble acquis qu'un poeme de machado ne ressemble en rien a un article d'une revue scientifique, du moins quant a son caractere poetique. alors que l'un regorgerait de procedes stylistique, l'autre a le devoir de ne point en posseder. pourtant, on a pu remarquer que les auteurs d'un livre de cuisine ou de microbiologie deploient autant de ressources poetiques qu'un luis cernuda. ferait-on de la poesie sans s'en douter? les poemes d'antonio machado ou les discours de politique economique peuvent-ils alors etre analyses depuis une seule et meme perspective, celui de la poetique du langage? nous partons du postulat suivant: la fonction essentielle du langage est, comme le souligne jakobson, la fonction poetique. le langage est intrinsequement porteur d'une poeticite en puissance que l'homme, par des choix deliberes et/ou inconscientes, met en pratique au quotidien, aussi bien a l'oral qu'a l'ecrit; et par l'usage de ces figures de style dans son quotidien, l'homme demontre que le fait poetique ne doit pas etre compris comme appartenant a une elite, mais plutot qu'il est ce qui constitue son essence meme, ce qui fait de lui un poete, au sens etymologique du terme, a savoi un createur; mais, un poete a chaque instant de sa vie. l'homme-poete n'est pas perche au dessus des nuees et le fait poetique doit etre entendu commme la manifestation quotidienne de l'humanite du langage.


  • Pas de résumé disponible.