Le romanesque et le décor littéraire chez anatole france

par Tomofumi Shibuya

Projet de thèse en Littératures française et francophone

Sous la direction de Jose-luis Diaz.

Thèses en préparation à Paris 7 depuis le 16-04-2010 .


  • Résumé

    Anatole france est un écrivain ‘grand-public'. dans la partie la plus active de sa carrière, il écrivait un compte-rendu critique par semaine, un livre par an. telle fut sa vie pendant quatre-vingt années, à l'âge du feuilleton. ses obsèques nationales (18 oct. 1924) furent suivies par une foule immense, comme celles de victor hugo (1er juin1885). dans son œuvre, au moment de la publication de la vie littéraire, france revendique le ‘ naturel ' comme ‘ moyen de séduction à la portée des plus humbles ' : c'est qu'il se reconnaît écrivain professionnel, gagnant sa vie grâce à l'écriture de feuilletons. dans le même temps, france est un poète, un critique littéraire et un intellectuel qui participe à la vie littéraire et à celle de la société : affaire parnasse (henri mondor), boulangisme, querelle des disciples, affaire dreyfus, etc. cette multiplicité d'aspects entraîne le nombre et la diversité de ses opinions, ainsi que leurs éventuelles différences. il arrive à l'écrivain de se contredire, comme l'ont montré les études inaugurées par jean levaillant. a l'époque où france devient écrivain professionnel, ses textes sont souvent écrits pour ‘ les hommes simples ' (ainsi que l'indique plusieurs fois la vie littéraire), auxquels, selon lui, dumas père s'adressait lui aussi. ils manifestent l'intention de combiner la philosophie, la pensée religieuse et d'autres pratiques intellectuelles pour les mettre à ‘ la portée des plus humbles '. ainsi les ‘ détours ' sont-ils assez fréquents, comme le montre melmoux-montaubin dans ses travaux sur france et le roman du journalisme. ‘ anatole france... ne manque jamais de mettre en scène son article : il en pose le décor, convie son lecteur à une promenade sur les quais de seine '. comme l'œuvre de france a d'abord été publiée dans les journaux, et que les œuvres romanesques et critiques publiées plus tard en volume s'interpénétraient souvent dans leur édition préoriginale, toutes ses œuvres doivent à ‘ l'article '. dans ces œuvres, la description du quai de la seine en plein soleil est un cliché, qui appuie maintes fois ses articles. cette sorte de ‘ promenade ‘ apparaît constamment où la digression trouble l'intrigue. pourtant, les ‘ détours ' des textes ouvrent sans cesse des portes sur d'autres univers de référence, d'autres discours aussi, du grec ancien à la science de pointe, à la pensée et aux œuvres d'art les plus nouvelles. ainsi france juxtapose-t-il tout ce qu'il a pu lire, l'ancien comme le moderne, ce qui donne parfois à ses textes, comme dans les jeux d'intertextualité du xxe siècle l'apparence d'un ‘ bricolage ' dont les autres aspects du romanesque, et en particulier la structure de l'intrigue, sont affectés. france revendique dans ‘ apologie pour le plagiat ' cette pratique, pourvu qu'elle fasse preuve de goût et de discernement. dans le texte francien, ces emprunts, ces citations et ces parodies satiriques ont fonction de moteur principal et non plus de ‘ détour '. il y à la comme une sorte de ‘ décor littéraire ', qui ne participe pas à l'intrigue, mais qui partage la scène entière du roman. j'ai pour projet d'analyser cette dimension des textes franciens, dont le décor littéraire s'écarte du thème principal et de la structure de l'intrigue. les textes parlent à des lecteurs supposés, ‘ simples ', à l'imagination peu développée, non pas au moyen d'une langue analytique, mais grâce à ce décor littéraire, qui constitue une sorte de promenade, riche et profonde.


  • Pas de résumé disponible.