Les figures de la solitude chez albert camus

par Ayatollah Salarifar

Projet de thèse en Littératures française et francophone

Sous la direction de Corine Trevisan.

Thèses en préparation à Paris 7 depuis le 27-01-2010 .


  • Résumé

    On serait tenté de dire que camus était placé dans une situation privilégiée pour parler de la solitude autant que la faire parler, née, comme il la fut, au cœur de la misère en même temps que comblé des joies naturelles que lui offraient les rivages de l'algérie natale. mais la solitude n'est peut-être pas simple affaire de situation. si camus en effet savait percevoir la solitude propre à la situation qui lui était faite, c'est que le sens du paradoxale, voire du déchirement lui était aussi bien constitutif. pourquoi un tel sujet ?pour répondre aux questions telles que : le lien entre la solitude et la liberté individuelle, la nuance entre la solitude et l'exil, et pourquoi la solitude prend autant d'importance. nous essaierons au cours de notre recherche de traiter le thème de « la solitude interne », de « la solitude extérieure », de « l'entrave de la solitude », du « temps de la solitude » et enfin « de la solitude à la solidarité ». camus a découvert le secret du monde dans la solitude. cette solitude initie camus à une relation immédiate avec le monde. tout au long de sa vie, il s'attachera à l'univers plein de solitude, dans lequel aucune chose ni aucun raisonnement ne peut pénétrer. alors notre problématique sera la suivante : comment camus aborde-t-il cette thématique personnelle qu'est la solitude ? cette notion a d'ailleurs déjà attirée l'attention de certains critiques. jacqueline kelen dit : « il y a en chacun de vous une solitude qui est ce que vous avez de plus précieux. une solitude inaliénable, magnifique, qui est la solitude même de l'esprit. » dans les premières œuvres de camus, il arrive que s'équilibrent la solitude (vide) extérieure et la solitude intérieure. pour illustrer ce sujet, j'ai choisi comme corpus de départ l'etranger et la peste. l'etranger parce que camus s'essaie dans ce livre à exprimer au moyen d'une écriture neutre la solitude qui pénètre meursault. c'est celui de la pétrification, état ultime de la solitude intérieure qui accompagne l'expérience de l'harmonie avec le monde. meursault vit une sorte de lune de miel avec la nature. entre le monde extérieur et lui, nulle distance. il tente de combler le vide entre les mots et la pensée. la nature s'incarne en lui. de fait meursault se tait depuis l'enterrement de sa mère jusqu'au meurtre de l'arabe. la solitude dans laquelle meursault se tient correspond à une nécessité intime. il ne cherche ni à penser ni à s'interroger. indifférent au passé et au futur, c'est au présent qu'il vit. la solitude dans laquelle il vit est détruite par les balles qu'il tire sur l'arabe. meursault est condamné à mort parce qu'il a « enterré sa mère avec un cœur d'assassin. » il meurt seul sans que dieu l'aide. un homme sans espérance se sent seul devant le destin. la solitude a donc un aspect ambigu. elle met les hommes dans le néant et l'isolement, aussi elle leur confie la force de créer et aimer. la peste aussi est un roman de la solitude. camus a profité de l'existence de la solitude pour définir la nécessité de la solidarité chez les hommes, ce que l'on perçoit dans la peste. le plus solitaire des personnages dans la peste c'est tarrou parce qu'il est en même temps un homme solidaire et cherche aider des autres pour se débarrasser de ce fléau. de l'etranger à la peste nous sommes les témoins d'une évolution dans le sens de la solidarité. enfin camus s'intéresse à la solitude parce qu'elle était une source d'inspiration pour lui afin de présenter le principe de solidarité qu'on voit dans la peste. selon camus nous devons respecter et préserver la solitude qui enveloppe la création et l'amour. camus tout en sachant que la solitude pousse les hommes vers une sorte d'isolation s'efforce de lutter contre la solitude répandue dans le monde et propose la solidarité pour confronter les crises.


  • Pas de résumé disponible.