L'emergence et la determination du concept de minorite nationale et ses usages dans la france de l'entre-deux-guerres (1919-1939).

par Jacques Stievano

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Gérard Noiriel.

Thèses en préparation à Paris, EHESS depuis le 03-12-2009 .


  • Résumé

    La notion de minorité nationale apparaît dans le champ du droit international au xixème siècle. il s'impose avec le triomphe du principe des nationalités qui suit la première guerre mondiale. sa généalogie s'inscrit donc dans les combats et contrecoups de l'expansion française consécutive aux guerres révolutionnaire et napoléonienne. toutefois, ce sont les traités qui suivent la première guerre mondiale qui donnent à cette notion une consistance conceptuelle sanctionnée par les traités internationaux. dès lors, ceux-ci permettent la mobilisation de ce concept et son usage dans des cadres sociaux et politiques imprévus et son appropriation par des agents insérés dans les champs politique, intellectuel ou étatique. jusqu'ici les historiens n'ont pas tenu pour pertinent, dans le cadre français, le concept de minorité nationale. il y a à cela des raisons fortes. la première tient dans l'idée que l'etat-nation français a profondément inhibé toute forme de régionalisme voire de revendication ‘nationalitaire' significatifs dans l'espace français. la seconde, c'est qu'il n'existerait pas au sein des immigrations d'homogénéité culturelle ancrée dans une mémoire collective fondée sur l'appartenance à une d'origine. le concept de minorité nationale et ses usages sociaux n'en restent pas moins, dans l'entre-deux-guerres, un moyen d'explorer la force mais aussi les failles de la construction d'un etat-nation qui n'a jamais cessé de se prétendre homogène. en effet, ce concept fut mobilisé selon les modes différenciés : parmi les mouvements régionalistes, au sein des groupes de langue du pcf, dans le champ des experts de l'immigration, dans le cadre du judaïsme français, lors d'échanges savants mobilisant les juristes et spécialistes des sciences sociales, lors des débats animant le champ politique national. il apparaît donc que l'exploration des usages du concept de minorité nationale se présente comme une contribution à l'histoire de l'immigration, des régionalistes et de l'antisémitisme en france.


  • Pas de résumé disponible.