La quete de l’honneur apaisee de la « grandeur indienne ». deni de reconnaissance des « tigres tamouls » et evenements catalyseurs au sri lanka. identite virile et inimitie des decideurs dans un conflit (1987-1990 puis 2000-2009

par Solène nadia Soosaithasan

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Thomas Lindemann.

Thèses en préparation à Lille 2 , dans le cadre de École doctorale des Sciences Juridiques, Politiques et de Gestion (Lille) depuis le 01-10-2009 .


  • Résumé

    La quêtede l’honneurpeut paraitre désuète de nos jours en Occident mais cela n’est pas forcément le cas si l’on poussait plus loin les analyses. Elle caractérise depuislongtemps les relations entre les décideurs indiens et les dirigeants de la région Asie du Sud. Les relations avec les belligérants sri lankais n’en font pas exception. L’honneur et la gloire sont souvent le produit d’un éthos guerrier et d’une démonstration de virilité de la part des dirigeants politiques et non pas uniquement des militaires.La virilité n’est donc pas biologique mais est un construit politique et social. Les heurts ont été nombreux quant à la résolution du conflit sri lankais.Les décisions, attitudes et actions prises par les Indiens ont été façonnées par les interactions avec leurs interlocuteurs sri lankais et par des éléments extrêmement importants que nous qualifions d’« événements catalyseurs».Après le départ de l’IPKF et l’assassinat de Rajiv Gandhi, les dirigeants indiens ont adopté une autre attitude et des discours plus apaisés vis-à-vis des dirigeants sri lankais tout en refusant de reconnaitre les « Tigres tamouls » (LTTE), une guérilla tamoule au Sri Lanka. La reconnaissance de la part des dirigeants indiens vis-à-vis des décideurs sri lankais a par ailleurs permis la résolution du conflit sri lankais par des moyens militaires. Vingt ans auparavant, cela aurait été totalement inconcevable pour les dirigeants indiens de laisser ainsi faire les décideurs sri lankais. La reconnaissance de part et d’autre a donc pu permettre d’améliorer les relations interpersonnelles et interétatiques indiennes et sri lankaises.

  • Titre traduit

    A PEACEFUL QUEST FOR HONOR OF THE INDIAN GREATNESS. NON-RECOGNITION OF THE “ TAMIL TIGERS” AND CATALYST EVENTS IN SRI LANKA. MANLINESS AND INIMITY AMONG THE DECISION-MAKERS IN CONFLICTS (1987-1990 then 2000-2009)


  • Résumé

    Today, the quest for honor can seemoutdated in Western countries. But for a long timeit has characterizedthe relationships between the Indian decision-makers and the South Asian leaders. Relationships with Sri Lankan protagonists are also shaped by this question of honor but also of glory. Just as the military, political leaders are also influenced by honor and glory which are often produced by a warrior ethos So they want to show their manliness. Virility is not biological but a political and social construct. Throughout the resolution of the Indian-Sri Lankan conflict, numerous clashes took place between between their respective leaders. Decisions, attitudes and actions taken by the Indians have been shaped by their interactions with their Sri Lankan counterparts. And this evolution has also been possible because of “catalyst events”. After the IPKF’s withdrawal and Rajiv Gandhi’s murder, Indian decision-makers refused to recognize the“Tamil Tigers” guerilla (Liberation Tamil Tigers of Eelam, in Sri Lanka. But the Indian Political leaders’ recognition of the Sri Lankan rulersopened the way to a conflict resolution with military means. Twenty-years ago it would have been completely impossible for the Indians to allow the Sri Lankans to have their way.Recognition on both parts have largely improved the Indian and the Sri Lankan interpersonal and interstate relationships.