De l'histoire de la famille à l'histoire du sujet.

par Eric Soutif

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Alain Ducousso-Lacaze.

Thèses en préparation à Poitiers , dans le cadre de École doctorale cognition, comportements, langage(s) - CCL (Poitiers) depuis le 15-12-2006 .


  • Résumé

    Un sujet qui se raconte mobilise des histoires de culture, de famille. il produit des récits d'histoires vécues, entendues, reprises, transmises, fantasmées, etc. qui nourrissent le sentiment identitaire et donnent consistance à l'identité narrative. au fil du temps, des expériences, des récits qui le racontent, des histoires qu'il se raconte, le sujet construit, se construit. ces récits servent d'appui, de référence, mais témoignent parfois de zones d'ombres, d'accros, de points d'achoppement. autant d'éléments qui travaillent et peuvent être vecteurs de souffrance. depuis longtemps la psychanalyse admet l'idée que divers mécanismes permettent la transmission de tels éléments entre les générations. la souffrance propre à l'histoire des familles et des sujets qui la composent est-elle uniquement le fait de la transmission de ces éléments en tant qu'ils sont des représentations de contenus ? ne s'agirait-il pas aussi d'une souffrance inhérente aux modalités de mise en intrigue dans leur aspect formel ? n'y a-t-il pas aussi, au sein de la famille, une transmission de schémas narratifs qui vient interroger le sujet ? une des solutions s'offrant à lui est celle des mots qui, de récits en recherche de sens, alimentent les processus de subjectivation. dès lors, ce travail appartenant à chacun viserait aussi l'intégration au sein de la psyché de la dimension discursive sur le mode de la configuration narrative propre à l'identité narrative.


  • Pas de résumé disponible.