Le rapport d'ôoka shôhei (1909-1988) avec la littérature française à partir de son roman les feux (1951).

par Claudine Schmaltz-peverelly

Projet de thèse en Littératures et civilisations comparées

Sous la direction de François Lecercle.

Thèses en préparation à Paris 4 depuis le 13-11-2006 .


  • Résumé

    Notre objectif est de relire le roman d'ôoka shôhei dans son rapport avec la critique japonaise et avec la littérature française. la première partie mettra en évidence les aspects du style et de la structure en rapport avec le processus de création : deux articles fourniront la matière d'une analyse visant premièrement à repérer les articulations de la structure narrative en vue d'éclaircir les visées romanesques, deuxièmement à repérer les sources d'influence fournies par l'auteur, et en particulier les éléments empruntés à la littérature française, afin de mieux comprendre les soubassements de l'oeuvre. en examinant ainsi les sources de la création, nous essaierons de distinguer les éléments qui ressortissent de la japonité de l'auteur et ceux qui relèvent de l'influence occidentale. dans la deuxième partie, c'est sur le terrain de la critique que nous nous appuierons en vue de faire ressortir les aspects représentatifs de l'oeuvre au regard de la littérature japonaise d'après-guerre. notre propos général est d'expliquer en quoi l'oeuvre d'ôoka s'inscrit dans la lignée des oeuvres modernes et contemporaines, et par quels procédés elle ouvre de nouvelles perspectives au roman japonais. pour conclure nous formerons l'hypothèse que l'oeuvre d'ôoka shôhei peut se relire aujourd'hui sous l'angle d'une critique morale, politique et sociale.


  • Pas de résumé disponible.