Comprendre et renouveler les liens entre les innovations du domaine médical et les malades : création de capteurs biomédicaux répondant aux besoins sociaux liés aux avancées de la médecine.

par Marine Royer

Projet de thèse en Anthropologie

Sous la direction de Sophie Pène.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de Ecole doctorale de l'Ecole des hautes études en sciences sociales ED 286 depuis le 10-12-2010 .


  • Résumé

    En médecine, des entités artificielles ou capteurs biomédicaux peuvent déceler ou anticiper les défaillances des systèmes vivants et apporter de l'aide à l'organisme déficient. Si on considère que l'organisme n'est rien de plus qu'un assemblage matériel d'atomes, il pouvait être logique de lui appliquer une stratégie de guérison matérialiste et ces avancées ne poseraient donc aucun problème. Or, l'organisme vivant est infiniment plus complexe. Ce projet de recherche, construit à la croisée de l'anthropologie et du design, se propose de prendre en compte, par une étude de terrain, les objets réels que sont les capteurs, selon leur forme, leur matière, leur contenu, le discours de leur concepteurs, des soignants qui les installent et des usagers qui s'en servent quotidiennement. Il entreprend également d'explorer ces différents aspects dans un cadre historique et prospectiviste au travers de : (1) l'évolution de l'instrumentation médicale dans l'histoire; (2) la miniaturisation des instruments d'examen et de soin de la médecine; (3) le traitement social du corps ainsi que la notion de "limite" appliquée au corps, vécu et représenté grâce aux études anthropologiques, philosophique et sociologique.


  • Pas de résumé disponible.