Les intellectuels et le mouvement : littérature, politique et contre-culture en italie, 1960-77.

par Jeanne Revel

Projet de thèse en Études italiennes

Sous la direction de Giorgio Passerone et de Giovanni Turchetta.


  • Résumé

    Dans le cadre historique de la transformation de la société italienne de l'après guerre et de l'avènement du ‘ miracle économique ‘, le tissu urbain des métropoles en pleine expansion sécrète une génération d'intellectuels – écrivains, sociologues, théoriciens – qui pense d'une manière nouvelle le rapport entre l'industrie, la technique, l'urbanisme, les formes artistiques et politiques. la revue il menabò, fondée par elio vittorini et italo calvino, s'interroge sur la ‘ fonction rationnelle ‘ de la littérature comme instance critique aussi bien des dynamiques engagées par le progrès technique et l'expansion industrielle, que de l'idéologie humaniste, du populisme et du dogmatisme marxiste des années 1950.ces questions donnent lieu à la fois de nouvelles formes littéraires qui se manifestent dans le travail de franco fortini ou d'elio vittorini, ou dans la démarche du groupe 63 (nanni balestrini, francesco leonetti, edoardo sanguineti) et à une réflexion théorique et pratique sur les nouvelles conditions politiques dans la métropole, autour de la revue quaderni rossi, fondée en 1961 par mario tonti et raniero panzieri, qui se donne pour objet de cerner les nouvelles figures ouvrières – issues des migrations massives du sud de l'italie – et étudiantes – à l'heure de la massification du système éducatif.en partant de cette matrice intellectuelle transdisciplinaire, on s'interrogera plus spécifiquement sur la constitution de formes de savoir non académiques qui puisent aussi bien dans le courant de l'histoire orale avec les travaux de gianni bosio, cesare bermani et de la revue primo maggio que dans la tentative de fonder une sociologie ‘ participante ‘, résolument ancrée dans les conflits sociaux en cours : la co-recherche telle que la définit romano alquati, mais aussi l'œuvre singulière de danilo montaldi. on tentera dès lors de tracer les lignes de continuité entre ce renouveau méthodologique et la production textuelle, contre-culturelle, et artistique qui caractérisera la période du ‘ long mai ‘ italien (1968-77).


  • Pas de résumé disponible.