Les relations des Juifs francais à Israël : identifications, représentations, voyages et migrations.

par Noga Raviv-Recasens (Raviv)

Projet de thèse en Anthropologie

Sous la direction de Chantal Bordes-Benayoun.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale Temps, Espaces, Sociétés, Cultures (Toulouse) depuis le 07-12-2010 .


  • Résumé

    Depuis une décennie, une hausse de l'immigration des Juifs de France vers l’État d'Israël peut être constatée. Et si elle ne se mesure qu'en quelques milliers d'immigrés par an, de par sa force symbolique, elle constitue une réelle "vague d'immigration". Or, même sans aboutir à une migration, la consolidation de l'identification des Juifs français à l’État hébreu est indéniable, s'accompagnant chez certains d'un virement national, voire nationaliste, ainsi que d'une effervescence religieuse. Dans un amalgame croissante entre l'identité juive et israélienne, le conflit israélo-arabe est de plus en plus vécu comme "sien" par de nombreux Juifs, qui craignent autant l'antisémitisme qu'une mauvaise image d'Israël. Se sentant isolés, face à un avenir qui peut leur sembler incertain, ces Juifs français font alors souvent le choix de l'"entre-soi". Ce rapprochement communautaire est alors très souvent associé à une plus grande pratique religieuse, ainsi qu'à un lien intense avec Israël, soutenu par des liens familiaux. Il vient répondre à deux craintes fortes qui, sans être nouvelles, préoccupent cette dernière décennie un grand nombre de Juifs en diaspora : l'antisémitisme et l'assimilation. Ainsi, face au "tout ethnique" et le débat sur la montée de l'islam, la crainte de la disparition resurgit, déjà en terme de poids numérique. Dès lors, il est possible de s'interroger en quoi le lien à Israël permet aux individus, qu'ils soient religieux ou non, de s'identifier à leur identité juive et d'entretenir leur lien à la communauté juive, et quels ont été les éléments déclencheurs de ces récentes évolutions.


  • Pas de résumé disponible.