Politique linguistique et enseignement de langues étrangères au cono sur

par José Ramirez de arellano

Projet de thèse en Sciences du langage

Sous la direction de José carlos Herreras.

Thèses en préparation à Paris 7 depuis le 23-11-2010 .


  • Résumé

    Le 5 août 2005, le gouvernement brésilien a approuvé l'obligation d'offrir l'espagnol comme matière facultative dans tous les lycées du pays. casser ou, au moins, minimiser la frontière linguistique hispano-lusophone semble être un objectif irrévocable dans le programme politique continental, surtout pour le brésil. la promulgation de ladite loi a provoqué dans les pays voisins l'adoption de lois semblables promouvant l'enseignement du portugais. tous ces mouvements constituent un cas inouï : un pays qui aspire à devenir la locomotive économique d'un sous-continent mais qui semble très intéressé à adopter la langue des pays qui l'entourent, alors qu'une autre logique l'aurait amené à vouloir imposer l'usage de la sienne. contrairement à la politique linguistique du mercosur, nous constatons partout et notamment en europe, des politiques linguistiques verticales vers le haut favorisant surtout l'anglais. en donnant priorité à l'espagnol dans sons système éducatif, le brésil promeut une politique linguistique horizontale. cette particularité mérite d'être étudiée en profondeur. quelles sont les conditions justifiant ce fait insolite ? quelle est sa vraie portée dans nos jours pour la société brésilienne ? quelles seront ses conséquences pour le futur de l'espagnol et du portugais? et pour les politiques linguistiques dans le reste du monde ? nous voulons étudier une tendance de ce nouveau monde émergeant et ses conséquences sur ce que nous appellerons le tissu linguistique mondial, cette unité de parole planétaire constituée de toutes les langues vivantes et des processus de traduction et de polyglottisme et qui est objet d'étude indispensable de la polito-linguistique.


  • Pas de résumé disponible.