La peau dans la litterature latine.

par Marie-claire Rolland

Projet de thèse en Études latines et néo-latines

Sous la direction de Jean-Michel Fontanier.

Thèses en préparation à Rennes 2 depuis le 14-10-2010 .


  • Résumé

    Par ce travail de recherche, nous souhaitons étudier la place de la peau dans la littérature latine jusqu'à la fin de l'empire, en observant dans un large corpus les constantes et les évolutions dans le rapport que les auteurs entretiennent avec cet organe, à la croisée de la médecine et de l'esthétique, afin de nous interroger sur les savoirs et les représentations des auteurs anciens autour de la peau humaine et de faire émerger les questions que posent la peau pour les auteurs latins. il s'agira en premier lieu de procéder à une étude lexicologique approfondie avec l'analyse des occurrences des termes latins désignant la peau et à la délimitation de leur champ sémantique, de les distinguer des termes liés à la chair, de les comparer aux termes grecs. on s'interrogera également sur l'environnement lexical de ces termes. ainsi, on s'intéressera aux termes liés au teint, à l'aspect de la peau, à l'artifice, aux rugosités. cette recherche lexicologique permettra de déterminer les différentes approches de la peau pour comprendre les rapports entretenus entre les auteurs romains et la peau : dans le domaine des savoirs scientifiques et médicaux, on cherchera à dresser une physiologie de la peau chez les auteurs, à travers les liens qu'elle entretient avec les divers organes et fonctions du corps. on s'interrogera sur une ou plusieurs perceptions de la peau comme indice tantôt de la santé du corps dans le domaine physiopathologique, tantôt de l'animus à travers la physiognomonie. on s'attachera également à la dimension esthétique de la peau chez les auteurs. on s'intéressera donc à une sensualité et une érotisation de la peau pour savoir dans quelle mesure celle-ci est vue, sentie, touchée. on essaiera de dessiner les contours d'un canon de la peau, qu'elle soit naturelle, soignée ou fardée. enfin, on s'intéressera à une approche symbolique de la peau dans les textes en tant qu'enveloppe protectrice entre l'intériorité et le monde, en tant qu'enveloppe charnelle par opposition à l'esprit, à l'âme.


  • Pas de résumé disponible.