Problématique d'identification chez les enfants nes des mères violées pendant le génocide au rwanda, 17 ans après.

par Aristide Rutayisire

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Patrick Denoux.

Thèses en préparation à Amiens depuis le 05-11-2010 .


  • Résumé

    Le viol a été utilisé au rwanda comme une arme de génocide , les femmes ont été violées pendant le génocide, et un grand nombre d'entre elles ont été exécutées par la suite. parmi les femmes qui ont survécu, nombreuses doivent faire face au vih – sida ou doivent élever les enfants conçus au moment des viols. le nombre d'enfants mis au monde par les victimes de viol qui ont survécu au génocide des tutsi varie entre 2000 et 5000, selon le bureau national de la population au rwanda. notre thèse se propose du ‘'comment penser au devenir de ces femmes et de ces enfants qui sont identifiés à la fois au viol et au violeur''. elle repondra à la question du quels types de liens ces mères ont-elles pu nouer avec ces enfants désignés au départ comme 'enfants non désirés » et considérés comme «enfants de mauvais souvenir', 'enfants de la haine', 'petits interahamwe' (miliciens hutu qui ont tué pendant le génocide). aujourd'hui, ces enfants sont en âge de poser des questions sur leur identité, leur origine. quelles réponses obtiennent-ils ? comment faut-il les formuler ? un thème de recherche doctorale sur un tel questionnement me semble avoir toute pertinence dans un pays comme le rwanda, qui se reconstruit après le génocide et qui a très peu d'écrits scientifiques sur les conséquences de ce qui s'est passé et sur les dispositifs à mettre en place pour accompagner ce type de souffrance.


  • Pas de résumé disponible.