Les perceptions extérieures de la politique étrangère de Pékin : le cas du « verdissement » du soft-power chinois

par Magali Robert

Projet de thèse en Science politique

Sous la direction de Françoise Mengin.

Thèses en préparation à Paris, Institut d'études politiques , dans le cadre de Institut d'études politiques (Paris). École doctorale depuis le 01-10-2010 .


  • Résumé

    De nos jours, la situation environnementale de la chine est devenue une source d'appréhension sur la scène internationale et la rpc est désormais perçue comme une ‘menace écologique' majeure pour la planète. pour pékin, cette idée, bien plus qu'un un défi national, est avant tout un enjeu extérieur car la question environnementale tend à remettre en cause son statut de grand de ce monde. or, la chine mène depuis une décennie une stratégie d'affirmation sur la scène internationale notamment via des instruments de soft-power. sa politique étrangère vise aussi à développer une image positive de ‘puissance pacifique' et pékin a donc travaillé à l'élaboration d'une diplomatie chinoise active dans tous les domaines de la politique globale. dès lors, la rpc a choisi d'investir une diplomatie environnementale, répondant ainsi aux thèses de la ‘menace écologique' chinoise et s'inscrivant en même temps dans le mouvement de ‘verdissement' général des problématiques internationales. notre travail s'intéressera d'abord aux conditions d'élaboration de cette ‘diplomatie verte' de la chine. puis, il s'agira de comprendre pourquoi le thème de l'environnement s'est imposé aux dirigeants chinois et comment il est devenu un objet d'intérêt national. nous nous pencherons alors sur l'étude de la réception de cette diplomatie environnementale chinoise au sein de la communauté mondiale. une grande partie de notre enquête consistera ainsi à décrypter et à analyser les perceptions extérieures du tournant vert de la politique étrangère de pékin. c'est pourquoi, en nous appuyant sur une approche constructiviste des relations internationales, nous nous interrogerons sur les instrumentalisations de l'argument environnemental dans la stratégie de puissance chinoise. enfin, notre hypothèse de départ mettra l'accent sur le rôle des perceptions négatives des autres etats sur la situation environnementale chinoise. ces perceptions seront prises comme le moteur du ‘verdissement' de la stratégie de séduction de la chine vis-à-vis des autres pays.


  • Pas de résumé disponible.